Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LAÏCITE AUTHENTIQUE.
  • LA LAÏCITE AUTHENTIQUE.
  • : La laïcité authentique est censée préserver la dignité humaine sans nulle discrimination, ni de race ni de culte ni de culture.
  • Contact

Tous mes articles

1

Les risques du laïcisme. 

2

La conception anti-confessionnelle de la laïcité.

3

La laïcité authentique.

4

L'islamophobie c'est tout comme l'antisémitisme.

5

Les origines historiques du laïcisme en Francee.

6

L’école dite laïque est sous-entendue anti-confessionnelle.

7

L'ECOLE LAÏQUE AUTHENTIQUE.

9

L’athéisme n’est qu’un dogme comme les autres.

10

Ce qui est simple dogme pour l’athée est certitude pour le croyant, et vis versa.

11

La laïcité authentique tient compte de tous les dogmes.

12

La laïcité kidnappée et travestie par les intégristes athéistes.

13

Postulats athéistes à revoir.

14

Pour le musulman, raisonner est une recommandation cultuelle.

15

L'islamophobe doute de ses propres convictions.

16

Les idées athéistes pernicieuses à bannir.

17

La liberté de culte selon l'islam.

18

La laïcité face à une crise en matière de convictions philosophiques.

19

L'intégrisme athéiste à séparer de l'Etat.

20

La confusion entretenue par les intégristes athéistes entre laïcité et athéisme.

21

Athée ne signifie pas démocrate.

22

Les mots qui consolident l'Etat athéiste intégriste et ostraciste.

23

"L'Eglise" des intégristes athéistes non séparée de l'Etat.

24

L’athéisme est une religion.

25

La laïcité face à une crise de valeurs en matière de mœurs.

26

Les intégristes athéistes inquisiteurs avérés.

27

Les intégristes athéistes qui s'improvisent muftis pour les théistes.

28

Les intégristes athéistes victimes d’un excès de narcissisme.

29

Le non dit contre l'islam en Europe.

30

Le terrible complexe du teint blanc..

31

Parole de berbère. 1/2

32

Parole de berbère. (la suite 2/2)

33

Les ennemis de la laïcité se trouvent chez les intégristes parmi les athées et parmi les théistes.

34

Controverses antilaïques et injustifiées sur l'islam .

35

Le non dit contre l'islam en Europe.

36

La liberté d'expression (1/3)

37

 La liberté d'expression (2/3)

38

La liberté d'expression (3/3)  

29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 19:06

« Après les invitations à la rémigration d’un Zemmour, c’est maintenant un des dirigeants du Front National, Aymeric Chauprade, qui explique le plus tranquillement du monde dans une vidéo que « La France est en guerre » contre l’islam », s’est indigné SOS Racisme dans un communiqué.


Et son président d’ajouter : « Dans un contexte où 116 actes antimusulmans, dont 28 contre des lieux de culte, ont été recensés en France depuis le début de l’année, et après les terribles attentats qui viennent d’avoir lieu, ces propos sont particulièrement inacceptables »,

 

C’est qu’Aymeric Chauprade a dit dans une vidéo « Une cinquième colonne puissante vit chez nous et peut se retourner à tout moment contre nous en cas de confrontation générale (…) On nous dit qu'une majorité de musulmans est pacifique, certes. Mais une majorité d'Allemands l'étaient avant 1933 et le national-socialisme».

     Selon Machiavel, l’esprit nul est celui qui ne comprend ni par lui-même ni par le secours d’autrui. J’ajoute qu’il devient funeste quand il croit comprendre et veut imposer son point de vu aux autres. Quid d'Aymeric Chauprade ?

     

     Avec sa déclaration, il ne se rendait pas compte qu’il était en train de dire que la majorité des Français est en encore pacifique avec la minorité française musulmane, tant que le Front national n’est pas au pouvoir ; tout comme la majorité des Allemands qui était pacifique avec ses compatriotes juifs avant 1933 et le national socialisme. Sinon, c’est à croire que c’est le peuple allemand qui était victime de la Choah et la pauvre minorité juive en était le bourreau. 

 

Prétendre qu'il n'y a plus rien de sacré au monde, est fallacieux. C'est ainsi que de bon droit, la république et le drapeau français sont décrétés sacrés en France, ainsi que la Choah. Et nul au monde n'est cencé les bafouer d'aucune sorte.

 

En retour les juifs, les chrétiens, les musulmans, les athées et toutes les autres communautés confessinnelles ou philosophiques, ont le même droit de décréter sacré ce que bon leur semble sans qu'il soit permis à quiconque en France ou ailleurs de le bafouer.

 

Ainsi, la sacrée liberté d'expression dans un monde moderne et civilisé, a cette sacrée limite qui prévaut pour tout le monde, pour que personne ne se voit plus offensé de voir ce qu'il a de sacré, trainé impunément dans la boue. La sacrée liberté d'expression a, par exemple, pour sacrée limite, de ne brûler le drapeau d'aucun pays, comme de n'offenser aucun peuple d'aucune sorte.

 

Sinon comment ose-t-on demander a un enfant de respecter un autre, à l'école ou dans la rue, quand dans les médias, et au nom de la sacro-sainte liberté d'expession tous azimuts, l'on se permet d'offenser ses parents et sa communauté ?

 

Qu'attendez-vous d'un enfant français musulman, quand son camarade de classe ou de la rue lui brandit à la face des caricatures blasphématoires pour l'offenser ? Voulez-vous qu'il l'embrasse au nom de la laïcité, de la liberté d'expression et des valeurs de la république ? Est-ce ainsi que l'on cultivera chez les petits français musulmans l'amour de la France, et de toutes ses valeurs républicaines ?

 

Merci à monsieur le président et à son premier ministre monsieur Valls qui ne cessent de mettre en garde contre  tout amalgame entre islam et islamisme et entre musulmans et terroristes. Mais ce n'est pas du tout suffisant. Au pays de Voltaire et des droits de l’homme, qui nous est bien cher, il convient surtout de lutter contre un autre amalgame plus incidieux.

 

Il convient de se rappeler et de rappeler avec force que la laïcité qui prévaut partout dans le monde moderne, ne veut pas dire du tout laïcisme, qui est apparenté à l’intégrisme athéiste, malheureux vestige des douloureuses sequelles de la révolution et bien chéri encore par bon nombre de Français, et non des moindres.

 

Il s'agit là d'un urgent et vrai défi à relever avec beucoup de courage pour bien secouer un certain bon sens commun à propos du vrai sens de la laïcité; et éviter à la France de Voltaire et des droits de l'homme, ceci :

 

Hier  en ALLEMAGNE

aujourd’hui en FRANCE

L’on y disait aussi que la minorité juive était « la 5e colonne puissante qui vit chez nous et peut se retourner à tout moment contre nous en cas de confrontation générale »

L’on y dit  impunément que la minorité musulmane est « la 5e colonne puissante qui vit chez nous et peut se retourner à tout moment contre nous en cas de confrontation générale »

L’on y caricaturait le faciès des juifs et l'étoile de David pour en rire.

L’on s’y permet de banaliser la publication des caricatures blasphématoires antimusulmanes pour en rire aussi, et faire rire des enfants français de leurs camardes français musulmans, à l'école et dans la rue.

L’on y tenait toutes sortes de slogans antisémites

L’on y ferme les yeux sur bon nombre d’attitudes foncèrement 

 antimusulmanes.

L’on y faisait de l’antisémitisme un fond de commerce politique.

L’on y fait de l’immigration et surtout de l'islamophobie  un fond de commerce électoral.

 une majorité d'Allemands y était pacifique avant 1933 et le national-socialisme, comme le dit si bien Aymeric Chauprade

une majorité de français y est encore pacifique malgré les invectives antimusulmanes de certains membres du Front National comme Aymeric Chauprade

L’on y appelait à la déportation des juifs

L’on y appelle à la rémigration  des musulmans

S’y multipliait les actes antisémites contre  les personnes; les biens et les synagogues, avec le summum lors de la triste nuit de cristal

SOS Racisme y dénombre des actes antimusulmans, dont des actes contre les mosquées

S’y est produite alors l’innommable et terrible Choa

Attention !!!

Horrible prix à ne pas faire pays aux musulmans français, pour qu’ils aient enfin plein droit de cité chez eux en France, pays de Voltaire.

 

       Ce n'est plus possible en Europe ??? Je veux bien le croire et je l'espère. Pourtant il ne faut jamais oublier l'holocauste des juifs allemands. Et l'on doit donc cesser de tirer le diable par la queue, car le massacre des musulmans en Bosnie à Srebrenica a bien eu lieu en Europe et seulement en 1993. Qui pouvait croire qu'une telle horreure pouvait se reproduire une fois encore sur le sol de ce même continent ? et pourtant...

 

         LA LIBERTE DE CHACUN DE NOUS DEPEND DE L'ATTITUDE D'AUTRUI A SON EGARD. DE CE FAIT TOUTE LIBERTE A POUR LIMITES, ENTRE AUTRES, LA LOI, LES CONVENANCES MORALES ET LE BON SENS COMMUN DU MOMENT. RESTE A SAVOIR SI TOUTES CES LIMITES SONT JUSTES; RAISONNABLES ET RATIONNELLES.      

 

         C’est ainsi qu’à propos de la laïcité en France par exemple, l'historien René Rémond estime que  « Le philosophe a pris la tête d'une nouvelle religion : l'athéisme, dont il voudrait que l'Etat se fasse le propagateur. Une position « aux antipodes de la laïcité »  Source : Article publié dans LE MONDE le 02 Décembre 2005

         De ce fait bon nombre d'idées reçues sur bien des sujets qui relèvent de la vie commune entre gens de différentes cultures et diverses convictions religieuses et philosophiques, méritent bien d'être remises en question en vue de promouvoir une coexistence pacifique entre tous les humains. Il s'agit là d'une nécessité qui est devenue plus que jamais urgente. Dans ces pages web, nous verrons ce qu'il en est à mon humble avis, de la laïcité travestie en France, de l'intégrisme athéiste, des droits de l'homme et de la liberté d'expression  sur fond des caricatures blasphématoires.

  •  Par Mustapha HMIMOU 

  Voir et écouter aussi à ce sujet la conférence du Pr Jean Baubéraut auteur du livre "Laïcité falsifiée"

 


 

 

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans PAGE D'ACCUEIL
commenter cet article
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 20:02

     L’objet social du CAL : "Centre d'Action Laïque" est défini dans son site comme suit :   

Objet social
Article 4 : Le CAL a pour objet de défendre et de promouvoir la laïcité en Belgique et en particulier en Wallonie et à Bruxelles.  Par laïcité, il faut entendre 

d’une part

  La volonté de construire une société juste, progressiste et fraternelle, dotée d’institutions publiques impartiales, garante de la dignité de la personne et des droits humains assurant à chacun la liberté de pensée et d'expression, ainsi que l’égalité de tous devant la loi sans distinction de sexe, d’origine, de culture ou de conviction et considérant que les options confessionnelles ou non confessionnelles relèvent exclusivement de la sphère privée des personnes. 

  Et d’autre part :  

 L’élaboration personnelle d’une conception de vie qui se fonde sur l’expérience humaine, à l’exclusion de toute référence confessionnelle, dogmatique ou surnaturelle, qui implique l’adhésion aux valeurs du libre examen, d’émancipation à l’égard de toute forme de conditionnement et aux impératifs de citoyenneté et de justice.

      Et c'est cette "autre part" dans cette définition de la laïcité, qui en fait un programme politique athéiste anti-confessionnel. Le préfixe anti ici, ne signifie pas juste l'opposition, mais plutôt une franche hostilité empreinte de mépris et de haine envers les cultes théistes et leurs adeptes, tout comme le préfixe anti dans antisémitisme contre les juifs. Une telle définition de la laïcité en fait ainsi un programme anti-confessionnel qui n'a rien à envier à l'hideux programme en la matière, qui a prévalu dans le sinistre régime communiste de l'ex-Union Soviétique, athéiste et totalitaire. Et c’est la forte tendance politique de mise en pratique de l'esprit et la lettre d'une telle définition de la laïcité en France qui envenime de nos jours, la vie entre les musulmans d’une part et une partie des Français athées d’autre part. 

    Dans cette définition de la laïcité les athées font allusion à : 

  •   1.     « Des institutions publiques impartiales, garante… à chacun la liberté de pensée et d'expression » sans nulle allusion explicite à la liberté de culte. 
  •   2.     « L’égalité de tous devant la loi sans distinction de sexe, d’origine, de culture ou de conviction » sans mentionner d’une manière franche qu’il s’agit de conviction religieuse. 
  •   3.     « L’élaboration personnelle d’une conception de vie qui se fonde sur l’expérience humaine, à l’exclusion de toute référence confessionnelle, dogmatique ou surnaturelle » (sic) . Quoi de plus franc en matière d'ostracisme anti confessionnel ??? 
  •   4.     « Considérant que les options confessionnelles ou non confessionnelles relèvent exclusivement de la sphère privée des personnes » alors que selon le point 3 qui précède, ce sont plutôt les seules options non-confessionnelles qu’ils veulent qu’elles relèvent de la sphère publique. 

     Selon ces quatre points, il convient de dire alors que dans une telle laïcité, il ne fait pas bon de vivre ni juif ni chrétien ni musulman. N’y est donc citoyen à part entière que l’athée. Le théiste de n’importe quel culte, y est de facto un citoyen de seconde zone. Une telle laïcité n’est de ce fait bonne que pour une communauté exclusivement athée qui, quand elle se trouve, elle doit se ménager une place sur une autre planète, sans jamais nul contact avec la planète terre qui regorge et regorgera toujours de théistes. 

     Selon ce franc parti pris pour le seul athéisme contre toute confession théiste, les athées ont réussi dans cette définition de la laïcité, la curieuse prouesse de réunir la chose et son contraire. Cela ressemble au fameux proverbe marocain qui dit : « Monte manger des figues ; descends qui te l’a permis ? » Ils disent que d’une part, les institutions publiques doivent être garantes entre autres de la liberté de pensée et d’expression. Or la liberté de pensée doit sous-entendre la liberté de conscience et de culte qu’ils escamotent sciemment dans leur conception anti-confessionnelle de la laïcité. Et la liberté d’expression doit impliquer ipso facto pour le citoyen théiste, la liberté de la pratique de son culte, sans nulle limite ni de temps ni d’espace. Il s’agit d’une liberté de la pratique du culte tous azimuts, aussi bien dans la sphère privée que dans la sphère publique. Cela n’a d’ailleurs jamais dérangé personne en Inde, la plus grande démocratie au monde et le pays laïc par excellence sur cette terre. En matière de laïcité et de vie commune civilisée, ces athées de l'Europe ont d’édifiantes leçons à apprendre de bon nombre de pays du tiers monde. 

     Et d’autre part dans cette conception anti-confessionnelle de la laïcité, reproduite ci-haut, ces athées s’octroient allègrement le droit, d’imposez au citoyen théiste « L’élaboration personnelle d’une conception de vie qui se fonde sur la seule expérience humaine, à l’exclusion de toute référence confessionnelle, dogmatique ou surnaturelle » De quel droit dans certains pays en Occident, l’athée s’estime supérieur à son concitoyen théiste, pour lui dicter sa manière de concevoir la laïcité et la manière de concevoir la vie commune dans la sphère publique ? Non seulement il lui dénie ainsi son droit à la liberté de pensée et d’expression, soit la liberté de conscience et de culte et la liberté de pratique de son culte, mais il lui impose en lieu et place sa seule conception athée de la vie. 

     Et ils se contredisent dans leur conception anti-confessionnelle de la laïcité, quand ils avancent  « que les options confessionnelles ou non confessionnelles relèvent exclusivement de la sphère privée des personnes » Or il convient de signaler que « L’élaboration personnelle d’une conception de vie qui se fonde sur la seule expérience humaine, à l’exclusion de toute référence confessionnelle, dogmatique ou surnaturelle » est bel et bien l’option non confessionnelle, propre à l’athée. Et ils tiennent pourtant à ce qu’elle seule, relève de la sphère publique, et à l’imposer ainsi au citoyen théiste qui a lui, une option confessionnelle contraire, qu’il doit, selon le dictat des athées, cloîtrer dans sa sphère privée. 

    Vouloir imposer aux théistes dans cette conception anti-confessionnelle de la laïcité « que les options confessionnelles ou non confessionnelles relèvent exclusivement de la sphère privée des personnes » doit aussi impliquer en toute logique la destruction de tous les lieux de culte, qui se manifestent dans la sphère publique d’une manière ostentatoire et peut être avec trop d’arrogance pour le goût des athées anti-confessionnels. Et pourquoi pas, pour faire bonne mesure à l’instar du bloc communiste, ne pas convertir alors ces églises, ces synagogues et ces mosquées, en théâtres ou en musées ou en tout autre lieu d’utilité publique qui n’aient nulle connotation religieuse ? Imaginons un peu, où peuvent mener en toute logique un tel programme politique anti-confessionnel, que les athées tiennent à présenter comme laïcité. Et que faire alors dans ce programme des fêtes, qui pour la plupart sont religieuses, et les congés corollaires ? Que faire en plus des prénoms des citoyens qui relèvent de la sphère publique et dont bon nombre sont de connotation religieuse, du fait qu’ils rappellent ceux de nombreux prophètes bibliques ? 

     Imposer aux croyants de tout culte, et au nom de la laïcité : « l'élaboration personnelle d'une conception de vie qui se fonde sur l'expérience humaine, à l'exclusion de toute référence confessionnelle » consiste à imposer le dogme athée aux croyants. Cela n’a rien à envier au fascisme athéiste, qui a prévalu dans le régime soviétique totalitaire et qui prévaut toujours dans certains régimes communistes. 

      N’est-ce pas au nom d’un extrémiste équivalent dans le monde musulman, que des détraqués mentaux veulent imposer à tout le monde la religion et leur façon de la comprendre ? Ils veulent leur imposer quelque chose qui en paraphrasant cette définition athéiste de la laïcité, doit donner ceci : «l'élaboration de  la seule conception de la vie qui découle de l’islam, à l’exclusion de toute référence à toute conception de la vie qui se fonde sur l’expérience humaine ou sur tout autre culte » Opter pour une telle conception franchement anti-confessionnelle de la laïcité, c’est adhérez au même extrémisme.

    C’est pourtant cette laïcité athéiste anti-confessionnelle qui se trouve malheureusement, défendue en France. Sinon, c’est la laïcité au sens noble et propre du terme qui prévaut un peu partout dans le monde, y compris le monde musulman. La Grande Bretagne et la Belgique représentent entre autres, ce beau modèle de laïcité multiconfessionnelle.                                                                                          Par Mustapha HMIMOU

 Pour consulter le texte en arabe cliquez ici

 

Repost 0
Published by mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 20:48

       La laïcité au sens propre et noble du terme est manifestement aux antipodes de la définition anti-confessionnelle qu'en donne le CAL  (cercle de l’action laïc), qui se fait pourtant passer pour laïc.  Dans ladite définition anti-confessionnelle, la laïcité se trouve plutôt kidnappée, pour être présentée comme athéisme ostraciste, ni plus ni moins.

 

      Selon la laïcité au sens propre et noble du terme, c'est plutôt la liberté de conscience en même temps que la liberté de culte tous azimuts, qui doivent prévaloir pour tous et partout dans le monde. Selon la laïcité au sens propre et noble du terme, la neutralité des pouvoirs publics et leur impartialité ne doivent nullement signifier l’exclusion des religions de leurs préoccupations, mais plutôt en tenir compte en vue d’un bon consensus entre toutes les communautés composant la société et afin de les traiter sur un pied d’égalité et avec le même égard dû aux athées et aux agnostiques.

 

        Nul pays au monde n’est fait des seuls athées ou des seules théistes. N’en déplaise à tous les extrémistes ostracistes de tout bord, partout dans le monde les sociétés sont heureusement de plus en plus hétérogènes et cosmopolites. La laïcité au sens propre et noble du terme ne doit donc être ni pro théiste à l’exclusion de l’athéisme ou l’agnosticisme ni pro athée à l’exclusion de tout théisme. Elle doit être au-dessus et à égale distance de toutes les convictions philosophiques et religieuses. Telle est la laïcité authentique.

 

           La laïcité au sens propre et noble du terme, est la seule qui soit à même d'assurer une coexistence et une cohabitation pacifique entre tous les citoyens du monde. Elle doit être pour cela, empreinte d'un indélébile respect mutuel entre les différentes confessions  et les différentes communautés de convictions philosophiques. Selon cette noble valeur ainsi définie, chaque citoyen doit être tout à fait libre de vivre pleinement sa vie selon la conception philosophique ou religieuse qui lui plait, au vu et au su de tous, dans la sphère privée comme dans la sphère publique, sans nulle exclusion de nulle référence confessionnelle ou non confessionnelle. 

 

           Nul ne doit se trouver dans une telle laïcité, obligé de cacher ses convictions philosophiques ou religieuses dans la sphère publique. Au contraire, dans cette sphère, chaque citoyen doit s’y montrer fier de ses convictions philosophiques ou religieuses sans jamais avoir à les justifier ou à se justifier. 

 

        La laïcité authentique doit être aux antipodes de toute exclusion et de toute exclusivité. C’est ainsi qu’en raison de cette noble valeur, nul n'est en droit d'imposer sa manière de concevoir la vie au reste de ses concitoyens, comme veulent le faire certains intégristes athéistes en Belgique et en France, avec leur définition ostracistes et discriminatoire de la laïcité. Sinon prévaudra alors le stalinisme, qui rappelle les sinistres Goulags, pour tous ceux qui pensent et vivent autrement. 

   

              La laïcité authentique au sens propre et noble du terme, prévaut heureusement encore et à des degrés divers, dans une multitude de pays en Occident. Pourtant ces pays sont dits pour la cause, je ne sais pourquoi, pays séculiers au lieu d'être qualifiés, à très juste titre, de laïcs. Il s'agit selon Wikipédia de l'Allemagne, de l'Autriche, de la Belgique, du Canada, de l'Espagne, de l'Italie, de l'Irlande, du Luxembourg, des Pays-Bas, de la Russie et de la Suisse. Remarquons que la France se trouve en Europe, avec sa définition anti-confessionnelle de la laïcité, hélas comme un îlot dans un océan où règne plutôt et à des degrés divers, la laïcité authentique au sens propre et noble du terme. Nous souhaitons que ce soit cette laïcité authentique qui finit par l'emporter sur l'anti-confessionnalisme, hélas de plus en plus ambiant et envahissant, au nom d'une laïcité dont le sens est perverti pour la cause.

           

    Le bloc communiste est l’unique région géographique au monde où, au nom de l’athéisme anti-confessionnel, a été menée une guerre de religion sans merci contre tous les cultes. La définition de la laïcité selon le goût de certains intégristes athéistes en Belgique, comme chez le CAL, et surtout en France, concorde exactement avec la conception politique en matière de religions dans ce bloc athée totalitaire. Non seulement elle n’a rien à voir avec la laïcité authentique, mais elle en est plutôt le contraire. 

 

     Nous aimons dire à l’athée anti-confessionnel qui, de bon droit, vénère le hasard, il aurait pu naître de parents musulmans et aurait pu être alors tout naturellement un musulman tout court, et qui sait, peut-être croyant et pratiquant sans être pour autant un horrible extrémiste. Il aurait alors sûrement ressenti ce que ressent tout musulman à l’égard de tout ostracisme antimusulman et réagi comme y réagi tout fidèle. 

 

          Nous deviendrons tous un jour, poussière sous terre, et l'islam et les musulmans de plus en plus nombreux, ni extrémistes ni fascistes ni terroristes, nous survivront jusqu'à la fin des temps. Ils n’ont nul besoin de ma défense auprès de quiconque pour nous survivre tous. La caravane passe et advienne que pourra. Il faut toutefois dire au passage que la normalisation avec l’intolérance dans toute nation est bon signe de son déclin voire de son effritement, sa déliquescence et sa disparition pour faire place nette à une société plus juste

 

       Ceci de la part d'un être humain avant tout, qui comme tout commun des mortels, n'est que de passage sur cette terre, et qui se sent un devoir de militer durant une vie si courte, pour une coexistence pacifique et cordiale entre tous les hommes de la terre de toutes les races, de toutes les cultures et de toutes les convictions philosophiques et religieuses. 

                                                                               Par Mustapha HMIMOU

 Pour consulter le texte en arabe cliquez ici

 

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 12:20

        La conception anti-confessionnelle de la laïcité est la conception perverse de cette noble valeur. Elle conduit d'abord à la phobie de toutes les confessions. Par cette phobie nous entendons la peur maladive de toutes les religions ou d'une religion en particulier. Une telle conception de la laïcité est de ce fait pathogène. Ce qui fait de tout islamophobe par exemple, un psychopathe avéré. 

        La conception anti-confessionnelle de la laïcité conduit à pire que la phobie. Elle suscite chez ses adeptes le mépris et la haine de tous les cultes avec la focalisation d'une telle haine sur la communauté confessionnelle la plus vulnérable du moment. Tel fut l'antisémitisme contre les juifs hier, et tel est de nos jour, ce qu'il convient d'appeler désormais l'antimusulmanie contre les musulmans. Il s'agit là des mots qu'il convient d'adopter pour le moment, faute d'un terme plus approprié pour exprimer une telle haine et un tel mépris à l'égard du musulman en raison de son culte. 

          Il convient toutefois de rappeler ici que l'islam n'est pas à confondre avec ce qu'il est convenu d'appeler islamisme. L'islamie veut dire les convictions religieuses du fidèle et tout ce qui s'en suit comme pratiques cultuelles. Il s'agit du droit sacré à la liberté confessionnelle. Et toute atteinte à ce droit, de n'importe quelle manière, est une atteinte manifeste aux sacrés droits de l'homme. De ce fait l'antisémitisme une atteinte manifeste à la sacrée intégrité confessionnelle de tous les juifs. De même et avec la même vigueur l'antimusulmanie est une atteinte à l'intégrité confessionnelle de tous les musulmans. Il s'agit de la haine et du mépris envers les fidèles du culte islamique, en raison de leurs convictions religieuses. Toutes ces attitudes anti-confessionnelles sont des attitudes hostiles aux droits de l'homme, à incriminer partout dans le monde.

            L'islamisme c'est tout à fait autre chose. Il s'agit de l'une des attitudes politiques parmi bien d'autres dans le monde musulman. De ce fait, l'islamisme n'a rien à voir avec les convictions religieuses propres à chaque fidèle. Pour être un musulman à part entière il n'est pas nécessaire de vivre sous un régime d'obédience islamiste. Le musulman français ou russe ou chinois n'est pas moins musulman que l'Iranien  qui vit dans un régime se targant d'être islamique et que ses opposants qualifient d'islamiste.

          Et à l'instar de toute attitude politique, l'islamisme concene plutôt autrui. Il est donc tout naturel que chacun, musulman ou pas, soit pour ou contre ou indifférent à l'islamisme. Etre pro-islamiste ou antislamiste, au sens d'être par exemple, pour ou contre le PJD turque ou les Frêres Musulmans en Egypte et ailleurs, ou les Talibans, est tout à fait légitime, car il s'agit d'une attitude politique qui ne concerne pas les seules adeptes, mais plutôt l'ensemble de la société. Tous ces mouvements politiques d'obédience islamique sont des mouvements islamistes au sens politique du terme, à ne jamais confondre avec l'Islam qui est le culte de tous les musulmans et qui se rapportent aux convictions propres de chaque fidèle. De ce fait,  être anti-islamiste signifie qu'on est par exemple antitaliban ou antifrères-musulmans etc..., et ne veut nullement dire qu'on est antimusulman ; car des musulmans croyants et pratiquants peuvent s'avérer ainsi anti-islamistes. Cela n'a donc rien à voir avec les propres et sacrées convictions religieuses de chaque fidèle. Cela ne signifie donc nullement une atteinte à l'intégrité confessionnelle des musulmans. Critiquer donc l'islamisme ainsi défini, est tout à fait naturel et légitime.

            Cependant, toutes les caricatures blasphématoires sont des caricatures racistes au même titre que les caricatures antisémites. Il s'agit d'une diabolisation de l'islam censée inciter à la haine de ses adeptes. Il en est de même des récents et non moins blasphématoires propos du chef de l'Eglise catholique, de ceux du prétendu philosophe français, des profanations du saint Coran, de celles des mosquées, de celles des cimetières ; des terribles tortures et massacres des musulmans bosniaques et kosovards en raison de leur culte, de toutes les attitudes racistes et discriminatoires à l'emploi et au logement en Occident, toujours en raison du culte du citoyen musulman, des pressions exercées contre telle ou telle pratique religieuse ou son interdiction partielle ou totale, et de bien d'autres attitudes de ce genre. Toutes ces attitudes racistes ont toutes été ressenties par presque tous les musulmans du monde entier, et à très juste titre, pour de  ou de l'antimusulmanie, qui n'a rien à envier à l'antisémitisme contre les juifs. Toutes ces attitudes constituent des atteintes flagrantes à l'intégrité confessionnelle des musulmans et par la même à leur dignité d'être humain.                   Avant la guerre, chez-eux dans leur village aux Etats Unis, qui pouvait se douter qu'en ce couple de soldats antimusulmans et leurs collègues qui n'étaient pas filmés, sommeillaient des monstres tortionnaires antislamites qui n'attendaient que l'occasion propice pour sortir et sévir afin d'assouvir leur haine contre tout musulman qui leur tombe dans les mains ? Peu importe qu'ils en aient reçu l'ordre ou pas. Là n'est pas la question. Les médias antimuslmans s'amusent ainsi à créer des diversions afin de banaliser et minimiser les horribles faits. Ce qu'il convient plutôt de retenir ici, c'est qu' à cause de l'antimusulmanie dont regorgeaient ces deux soldats, ils étaient, tout comme les antisémites nazis envers les juifs, bien prédisposés à broyer du musulman.     

 

        A l'instar de l'antisémitisme qui sert toujours aux juifs d'un blindage imminutaire contre toute attaque antijuive, il convient d'appeler désormais antimusulmanie ou antislamie tous les crimes antimusulmans afin de servir du même blindage immunitaire à la faveur de l'intégrité physique, l'intégrité morale et l'intégrité confessionnelle des musulmans. 

        Tout comme l'antisémitisme contre les juifs, l'antislamie ou l'antimusulmanie est la manie maladive d'éprouver du mépris et de la haine pour le musulman en raison de son culte.

         En temps de paix et faute de pouvoir faire pire, l'antimusulman aujourd'hui, comme l'antisémite autrefois, se manifeste par des invectives et des insultes à la fois cyniques et sadiques de toutes sortes, sous couvert de la liberté d'expression. Toutes les caricatures blasphématoires en vogue de nos jours contre les musulmans, toutes les insultes racistes évidentes et tous les fantasmes sournois censés diaboliser l'Islam et ses adeptes relèvent de l'antimusulmanie. 

          Cependant, le danger dans l'antislamie est tel qu'en temps de guerre ou de cahot généralisé, la persécution d'ordre antimusulman est des plus atroces, comme celle encourue hier par les juifs dans les camps de concentration nazis ; celle vécue il y a peu par les musulmans bosniaques et les muslmanans du Kossovo et enfin celle vécue plus récemment par les musulmans irakiens dans la très sinistre prison d'Abougraib.                     

             Et l'on peut dire aujourd'hui et sans grand risque de nous tromper qu'en tout antimusulman sommeille un monstre abougaibiste et un bourreau de Srébénitca. En tant de paix dans la Yougouslavie de Titou, qui pouvait se douter qu'en ces deux simples antimusulmans serbes, Madiç et Karazitç sommeillaient les horribles bouchers de Srénénitca ?

 Tel est le monstre politicard poujadiste, qui regorgeait d'antislamie et d'antimusulmanie.Et tel est le sinistre bourreau militaire raté, pur et pire produit de l'antislamie et l'antimusulmanie qui couvait en Serbie de l'ex-Yougouslavie.

S'ils n'avaient rien à se repprocher ils se seraient rendus volontiers au TPI mais...Telles sont leurs victimes coupables à leurs yeux d'être de simples musulmans. Ces victimes étaient froidement liquidées d'une balle dans la nuque avec les mains liès dans le dos à Srébrénitca et ailleurs en Bosnie.

           Il en est de même du sinstre couple de soldats américains d'Abougraib parmi une multitude d'autres dans cette même prison et ailleurs, mais qui n'étaient pas filmés. Les images de la torture à catactère antimusulman évident et qui ont fait le tour du monde, sont à ce propos éloquentes et se passent de tout commentaire. Les rescapés parmi ces malheureux prisonniers, racontaient que les propos de leurs geôliers tortionnaires foisonnaient d'antimusulmanie et d'antislamie. Ils se concentraient sur l'insulte de l'islam, de son enseignement et du prophète ; tout cela jumelé à la fréquente profanation du saint Coran des pires manières. Et les sévisses qu'on leur faisait subir tournaient toutes autour des pires humiliations possibles, qui ont trait à la pudeur islamique en matière de sexualité et que les images à ce propos montraient à l'évidence.

 

 

         Il faut dire en l'occurrence, que tous les politicards poujadistes et tous les journalistes ratés d'aujourd'hui en Occident et ailleurs, qui  se permettent de fantsmer sur les musulmans par des panphlets sournois ou des caricatures blasphématoires ou toute sorte d'invectives, afin de les diaboliser en raison de leur culte, sont comme les antisémites d'avant guerre et les montres de Srébrénitca et d'Abougraib d'il y a peu, des bourreaux en puissance, capables de toutes les horreurs et n'attendent que l'occasion opportune pour sévir.

            De ce fait bon nombre de musulmans vivent un sentiment mitigé envers l'Occident. Ils lui vouent à la fois de l'admiration et en ont peur. Ils lui vouent la même admiration qu'ils éprouvent pour le développement économique du Japon et de la Corée du Sud. Mais ils en ont la même peur que ressentaient les juifs dans le climat antisémite qui y régnait avant guerre.

           Ce sont en effet, les musulmans croyants ou pas, pratiquants ou pas, qui sont aujourd’hui les mieux placés pour bien en savoir sur cette intolérance qui leur tombe sur la tête dans certains pays en Europe et au vingt et unième siècle. Ce sont plutôt eux qui, dans une telle atmosphère chargée d'antimusulmanie, ont toutes les raisons d'avoir peur et d'être inquiets. Une telle intolérance est due, pour l’essentiel à cette conception anti-confessionnelle de la laïcité. Et pourtant en France hélas, une telle intolérance contre les filles musulmanes voilées à l’école, est passée dans les faits avec la loi sur les signes religieux, qui vise sournoisement le port du voile et par-là l'islam tout court. 

            C'est aux musulmans qui vivent une telle situation insoutenable en Occident de juger la drôle de laïcité défendue en France. Et nous le disons haut et fort ; le soutien de la conception anti-confessionnelle de la laïcité se traduit dans les faits par une incitation implicite, voire explicite à la haine et au mépris de tout ce qui a trait au musulman et à l'islam dans ce pays et ailleurs en Europe. Une telle conception de la laïcité cultive à souhait ce que nous appelons ici l'antimusulmanie. Cela se traduit dans les faits et dans la vie de tous les jours par des relents racistes qui font qu’une bonne partie de la communauté musulmane, et surtout les jeunes d’entre eux de la seconde et de la troisième génération des immigrés, y souffrent déjà d’une marginalisation systématique. Cela a pour conséquences le gonflement hideux des ghettos qui rappellent les sinistres ghettos où croupissait à une autre époque une autre communauté religieuse stigmatisée de la même manière, avec toutes les atrocités qui s’en sont suivies.   

             Dire que les musulmans refusent l’intégration à la société française ou à toute autre société occidentale est archi faux. Les musulmans ne demandent pas mieux que d’être bien intégrés à leur société d’accueil. Mais ils le veulent tels qu’ils sont, afin d’y ajouter par leur légitime particularisme leur grain de sel. Ils veulent y appartenir à part entière et être fiers de lui vouer leur allégeance, sans pour autant y perdre leur âme

             Nul Occidental qui se trouve ailleurs au monde n’admet, à très juste titre, d’être démuni de son identité culturelle pour le bon plaisir des citoyen du pays d'accueil. Il en est légitimement de même et en toute justice de la communauté musulmane. Il ne s’agit nullement d’une communauté insoluble. Mais c’est plutôt la société française en particulier et la société occidentale en général, qui leur sont à des degrés divers imperméables. Le racisme que j'ai appelé ici antislamie et antimusulmanie y est pour beaucoup. Et la conception anti-confessionnelle de la laïcité prônée par certains athées en France surtout, est de nature à entretenir et même à cultiver avec un grand soin ce racisme et par-là même, à aggraver la situation précaire des musulmans parmi eux. 

           Certes les musulmans en Occident, sont heureusement libres de vivre leur culte comme ils l’entendent. Ils y ménagent et construisent des lieux de culte. Mais avec cette véhémence raciste contre le port du voile, l’on est en droit de se demander si toute cette liberté de culte dont jouissent les musulmans ne leur est pas cédée par les Français et les Occidentaux à contrecœur. 

      Il reste donc aux Occidentaux de faire l'effort nécessaire et urgent afin de contrer tout relents raciste antimusulman et d'épargner à leurs pays des horreurs semblables à celles encourus chez eux par leurs citoyens juifs d'avant guerre. Il leur convient pour cela de qualifier de délit d'antislamie ou d'antimusulmanie toute invective contre les musulmans et de l'incriminer par la loi à l'instar de toutes les attitudes antisémites. Et n'en déplaise à tous les athéistes ostracistes, il convient en l'occurrence, de qualifier à la fois d'antimusulmane et d'antisémite toute conception anti-confessionnelle de la laïcité. 

 

C'est pourquoi il convient toujour d'inventer les mots censés bien exprimer tout nouveau phénomène inhumain, afin de pouvoir mieux le contrer et le combattre avant qu'il ne devienne banal et puis dévastateur. De ces mots qu'il est très urgent d'inventer et de populariser est justement l'antimusulmanie. Il s'agit dans les faits et en l'occurrence, du plaisir qu'éprouvait le célèbre couple de soldats américains geôliers à Abougraib, en faisant subir les pires tortures humiliantes à leurs prisonniers musulmans en raison de leur culte. Les musulmans bosniaques ont subit les mêmes tortures jumelées à des assassinats en masse comme à Srebrenica. Après ce massacre de sang froid de balles dans le dos de huit cents Bosniaques en raison de leur culte par des milices serbes, il fallait déjà inventer à ce moment là un mot dissuasif contre toute persécution antimusulmane. Peut être qu'avec un tel mot la même horreur ne se serait pas reproduite à Abougraib juste une décennie plutard.


Mustapha HMIMOU

Repost 0
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 22:08

       A la fin de chaque discours l’on a toujours entendu les présidents de la France crier « vive la France vive la république »  C’est leur droit le plus strict; mais c'est à croire qu’il s’agit de l’unique république au monde ou que les  royalistes sont à sa porte pour la renverser.

 

     Il en est de même de la laïcité qui s'y trouve une question récurrente à tout bout de champ, comme si la France en a le monopole au monde, alors qu'elle se trouve entourée de partout de pays non moins laïcs, mais sans jamais en faire des choux gras à chaque échéance électorale ou à chaque crise politique ou sosio-économique.

 

Et l’on se demande pourquoi une telle obsession envers le régime républicain de ce pays et envers sa laïcité. Je crois que l'on est en mesure de trouver la réponse chez Machiavel quand il pose une question similaire dans son livre «DISCOURS  SUR LA PREMIÈRE DÉCADE DE TITE-LIVE » où il dit « Pourquoi les Romains furent moins ingrats envers leurs concitoyens que ne le fut le peuple d’Athènes envers les siens ? »  

 

Et il répond que Rome avait moins de motifs qu'Athènes de se défier de ses citoyens, car depuis l'expulsion des rois en 510 av. J.C,  jusqu'à Sylla mort en 78 av. J.-C et Marius mort en 86 av. J.-C, jamais citoyen romain ne tenta d'enlever la liberté à son pays. Tout le contraire arriva à Athènes ; sa liberté lui fut déjà enlevée, dans le temps où elle était le plus florissante, par Pisistrate mort en 527 av. J.-C. Quid de la France ?

 

A l'invers des peuples des autres pays du monde moderne qui ont acquit leur liberté par un processus évolutif, il a fallu au peuple français deux révolutions, l’une en 1789 et l’autre en 1830 pour arracher le régime républicain des griffes des deux ordres de l’ancien régime, à savoir l’aristocratie et l’Eglise. Et il n'a fini par récupérer le gallicanisme qu’avec la loi de séparation de l’Etat et des Eglises de 1905.

 

Puis ledit gallicanisme, fut récupéré par les athées à des fins politiques pour le travestir et travestir ladite loi, qui devient séparation de l’Etat et des religions au lieu de séparation de l’Etat et des Eglises, et pour faire de la laïcité du laïcisme.

 

Et depuis, l’on a toujours entretenu et l'on s'est servi de ces mêmes amalgames, à des fins politiques ; médiatiques et littéraires mercantiles de bas étages. Et cela se fait de nos jours au détriment de la minorité française musulmane, qui s'en trouve harcelée pour les mêmes desseins, à chaque échéance électorale ou crise polotique ou socio-économique, avec les risques de dérives cités dans le premier et le quatrième articles de ce blog.

Sylla ou Sulla est un homme d'État romain né en 138 av. J.-C. et mort à Cumes en 78 av. J.-C.. Il est le chef de file des optimates, qui s'opposent aux populaires de Marius

Caius Marius, né en 157 av. J.-C. à Cereatae, près d'Arpinum et mort à Rome en 86 av. J.-C., était un général et homme d'État romain, élu consul à sept reprises

Pisistrate, né vers 600 av. J.-C., mort en 527 av. J.-C., est un tyran d'Athènes. Fils de l'eupatride Hippocrate, Pisistrate s'empara du pouvoir par la ruse, en occupant l'Acropole

                                                 Par Mustapha HMIMOU

La page d'accueil La liste de tous mes articles
Repost 0
Published by mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 13:55

 

           Selon la définition de la laïcité qui plait aux athées, cette noble valeur est assimilée sans ambages à l’athéisme. Et avec des cercles comme le CAL : "Centre d'Action Laïque" en Belgique, dit laïc alors qu’il est exclusif pour les seuls athées, nous avons la preuve irréfutable que l’école dite laïque en France est une école voulue purement athée et anti-confessionnelle, à l'instar de ce CAL. Les athées dans ce pays ont réussi à faire de l'école publique une sorte de club privé. Avec la récente loi sur les signes religieux à l’école, chaque enfant doit montrer patte blanche à la porte pour y accéder et bénéficier de ce vital service public. Avec une telle loi, n'en déplaise aux enfants théistes et leurs familles théistes, ils doivent, dès le premier pas dans la cour, apprendre à se métamorphoser comme des caméléons, afin d’y paraître sans nul signe distinctif à l’instar des enfants des athées anti-confessionnels.

 

 

        Comme chacun le sait, l’athée n’a bien sûr ni signes religieux, ni régime alimentaire spécifique, ni tenue vestimentaire particulière. Et c’est à son enfant que tous les autres enfants théistes doivent se conformer.
     Quoi de plus injuste contre tous les citoyens théistes dans une terre connue pour être celle des droits de l'homme par excellence ?Et quoi de plus aberrant contre la sacrée liberté de culte dans une démocratie ?

     Quand on parle de l’école laïque en France, il faut donc comprendre l'école athée anti-confessionnelle. Il s’agit d’une école voulue non seulement athée, mais qui doit surtout fabriquer des athées, n'en déplaise aux parents théistes. Une telle école se trouve à l'évidence, aux antipodes de la laïcité authentique et de l'école vraiment laïque. Et c’est d’une telle école que pâtissent aujourd’hui les filles musulmanes en France, alors qu'heureusement et comme il se doit, il en est encore tout autrement un peu partout en Europe et ailleurs en Occident. 

Par Mustapha HMIMOU 

La page d'accueil La liste de tous mes articles
Repost 0
Published by mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 14:23

 

    

      La laïcité au sens propre et noble du terme, transcende à la fois toutes les convictions religieuses et toutes les convictions philosophiques. Elle doit se trouver à égales distances au-dessus du théiste et de l’athée.

    Un authentique cercle laïc, à ma connaissance et à mon grand regret, n’existe nulle part encore au monde. Dans un tel cercle comme dans toute école vraiment laïque, l’on doit trouver, presque à parts égales, des athées, des agnostiques, et des croyants pratiquants ou pas, de toutes les confessions. Et l’école vraiment laïque doit être en France comme celle qui se trouve au Royaume Uni d’Angleterre. Et voilà ce qui distingue la vraie école laïque :      

1) Il s’agit de l'institution scolaire publique où, dès le jeune âge,  chaque enfant apprend à connaître les autres, à les respecter et à cohabiter avec eux en paix, tels qu’ils sont, et non pas tel qu’il plait à une partie des citoyens de les voir.

    2)  Dans toute école laïque, digne de ce nom, chaque enfant doit, dès le jeune âge, y apprendre à être fier de ce qu’il croit, surtout en matière de déité, et à ne pas s’y sentir obligé ni de se justifier ni de justifier ses convictions philosophiques ou religieuses et ses pratiques cultuelles, ni de les occulter.

     3) Dans une telle école, nul ne doit, en revanche, se permettre de disserter sur les cultes des autres composantes communautaires de la société pour les dénigrer ou en dire le contraire de ce qu'en pensent ses adeptes. 

       En d’autres termes, nul ne doit s’y permettre de parler des cultes des autres, comme un spécialiste dans un laboratoire qui, avec des gants, se penche sur des insectes pour en deviser à sa guise, sans que ces bestioles aient leur mot à dire sur ce qu’il raconte sur eux. C’est, par exemple, la musulmane voilée seule, et quand elle le désire uniquement en tant que citoyenne à part entière, qui doit être la seule habilitée à expliquer à ceux qui le désirent, sa propre raison, à priori respectable, qui justifie chez elle le port du voile. Et sa version doit être retenue avec le plus grand respect sans qu’en aucun cas, elle soit sujette à controverse de la part de toute autre personne. 

     

4)  Il doit s’agir d’une école où l’on respecte la dignité humaine par un solide respect de la liberté de culte et un non moins solide respect de la liberté de conscience. Selon le sens propre et noble de la laïcité, chacun doit avoir le droit de comprendre son culte comme il le veut et le vivre comme il l’entend,  sans jamais devoir se justifier ou avoir des comptes à en rendre à quiconque, pour autant qu'une telle compréhension et une telle pratique ne lèse réellement personne et ne perturbe vraiment en rien l'ordre public. 

      Et à ce propos, n'est pas du tout lésè le xénophobe ou l'athéiste intégriste anti-confessionnel qui ne supporte  même pas de voir une musulmane voilée et fière de l'être. C'est plutôt celle-ci qui doit être considérée alors comme victime avérée de son intolérance.       

Faute d'une telle école en France, par exemple, le comble de l’humiliation pour tout musulman, c’est quand, pour le comble de l’insolence, un citoyen non-musulman se permet de lui dicter comment vivre l’islam, alors que non seulement il ne croit pas à ce culte mais il lui voue plutôt le plus grand mépris.

    Quoi de plus flagrant délit, en matière de droits de l'homme, que d'admettre qu'un non-musulman se permette de dicter à un musulman comment comprendre et vivre l'Islam ??? Une telle insolence n’est même pas admise par un musulman de la part de tout autre musulman. Et c’est justement ce que l’on repproche, à très juste titre, à l’intégriste dit "islamiste". Contre la liberté du culte prônée justement par l’islam, l’intégriste dit "islamiste" cherche à s’emparer du pouvoir pour imposer aux autres croyants sa propre manière de comprendre le culte, sous peine de les taxer d’apostats et d’hypocrites bons à persécuter et à punir. Toute attitude similaire de la part des non musulmans en France ou ailleurs, est indigne de tout pays civilisé, surtout quand un tel pays se targue d’être terre des droits de l’homme par excellence. 

Mustapha HMIMOU

La page d'accueil La liste de tous mes articles

 

Repost 0
Published by mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 18:04

 

               Quand le président du CAL : "Centre d'Action Laïque" nous écrit ceci :

 

« La valeur laïque par excellence est le libre examen qui implique non seulement l’affirmation d’un droit, celui de l’absolue liberté de conscience, mais surtout l’affirmation d’un devoir: celui de ne reconnaître aucun dogme. »,

il doit sous-entendre par dogme, la foi en un dieu créateur omniscient et omnipotent. De ce fait une fois de plus, cet athée persiste et signe pour soutenir, avec force et sans ambages, que :

  1. 1) laïcité veut dire athéisme, (sic)
  2. 2) l’athéisme, soit la négation de l’existence de tout dieu, n’est pas un dogme mais une vérité scientifique avérée.(resic) 

     Or selon l’un des dictionnaires français, le mot "dogme" est défini, à très juste titre, comme suit :

 

(nom masculin) point de doctrine donné comme une certitude, mais non démontrable.

   Selon un autre dictionnaire, le même mot "dogme" veut dire :

 

Proposition théorique établie comme vérité indiscutable par l'autorité qui régit une certaine communauté.

    Ce qu’il faut dire à ce propos, c’est que le plus grand problème qui est à l’origine du plus grand malentendu entre le monde francophone et la France en particulier d’une part et le monde musulman d’autre part, vient du fait que les athées croient dur comme fer que la négation de l’existence de dieu n’est pas un simple dogme ainsi défini. L’athéisme pour eux est plutôt une vérité scientifique plus qu'avérée, et qui doit être admise par tout le monde, au même titre que la rotation de la terre autour d’elle-même et autour du soleil.

 

   Or pour les théistes au moins, il n’y a et il n’y aura jamais de preuve scientifique perceptible et irréfutable à l’appui de la négation de l’existence de dieu dit "architecte suprême". Tout au contraire, pour les théistes, tout dans l’univers milite plutôt pour l’affirmation de l’existence de ce dieu. De ce fait, l’athéisme est donc pour nous les théistes au moins, bel et bien un simple dogme. Il s'agit pour nous, et n'en déplaise à tous les athées, d'un simple point de doctrine donné comme une certitude par ces athées, mais non démontrable pour tout le monde.    

 

     L’athéisme pour les théistes au moins, n’est donc ni plus ni moins qu’un simple dogme, tout comme le théisme l’est pour les athées.

     Et si, selon la définition athéiste citée ci haut, la laïcité ne doit reconnaître aucun dogme, elle ne doit alors d’une part reconnaître aucune religion, qui est simple dogme pour les athées, et d’autre part et avec la même vigueur, la même laïcité ne doit pas non plus reconnaître l’athéisme, qui est simple dogme pour les théistes.

    L’athée est libre de croire ce qu’il veut. Il est libre de croire que l’athéisme est une certitude et que toute religion est simple dogme. De notre côté nous les croyants, nous avons la même liberté de croire que l’existence de dieu est une certitude et que l’athéisme est un simple dogme.

      Nous les théistes nous optons pour celle qui les reconnaît tous, les dogmes théistes et athéistes, et qui en même temps les transcendent tous à égale distance, sans parti pris ni pour les uns ni pour les autres. Quant à la définition de la laïcité citée au début de cet article et soutenue par le président du CAL, elle est inadmissible, car il s’agit d’un dictat athéiste, on ne peut plus ANTI-CONFESSIONNEL, censée faire des théistes des citoyens de seconde zone sous la tutelle des athées dans leur propre pays. 

Par Mustapha HMIMOU

 

La page d'accueil La liste de tous mes articles

 

         De quel droit alors le citoyen athée se permet-il d'imposer au citoyen théiste sa définition de la laïcité qui fait de l’athéisme une certitude pour tout le monde et de toute religion un simple dogme pour tout le monde ?...

Il ne doit y en avoir aucun. Ce qui est certitude pour l’un est simple dogme pour l’autre et vis versa.  De ce fait, la laïcité authentique doit être à égale distance de l’athéisme et du théisme. Ou elle les reconnaît tous ou elle les met de côté tous. A nous tous ensemble, théistes et athées, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs, de nous entendre pour choisir quelle laïcité nous voulons. Est-ce celle qui rejette tous les dogmes théistes et athéstes, ou celle plutôt qui les reconnaît tous ?

Repost 0
Published by mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 18:37

       Nous savons à priori que l’athée ne croit en rien de tout ce qui va suivre. Et c’est toujours son droit le plus strict. Mais une fois de plus et afin de mieux nous comprendre, il lui importe énormément de savoir le fondement de nos convictions religieuses qui méritent le respect de tout le monde.

     En effet, dire aux théistes que tout cet univers, parfaitement bien organisé de son infiniment petit à son infiniment grand et jouissant d’une harmonie pérenne sans la moindre faille ni la moindre panne, est le fruit d’un quelconque hasard, ils le ressentiront manifestement comme une insulte à leur intelligence et à leur raison. Ceci avec toujours tout le respect dû aux athées.

     Pour nous les croyants et encore davantage pour les savants d’entre nous qui en savent plus que le commun des mortels, il y a autant de preuves que d’atomes et de cellules dans le monde et dans le cosmos, pour justifier que cet univers est l’œuvre d’un créateur, parfait organisateur et parfait gestionnaire. Il s’agit pour nous de l’Omniscient ; l’Omnipotent et l’Omniprésent.

    Pour nous les musulmans, ce dieu ainsi défini, doit en toute logique se manifester pour nous le proclamer. Et nous croyons qu’il l’a fait via des messagers accrédités par des miracles et dans des messages successifs. Et par ces messages Il interpelle nos raisons pour nous le prouver.  

-       « Et Nous avons envoyé après eux (les prophètes) Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qu'il y avait dans la Thora avant lui. Et Nous lui avons donné l' Evangile, où il y a guide et lumière, pour confirmer ce qu' il y avait dans la Thora avant lui, et un guide et une exhortation pour les pieux.* Que les gens de l'Evangile jugent d'après ce qu' Allah y a fait descendre. Ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, ceux-là sont les pervers. » (Coran: versets 47 ;48 chap.5)  

     Pour nous les musulmans toujours, l’ultime message divin est le Coran, où le même et unique Dieu attire notre attention d’abord sur le non fondé de l’athéisme en des termes qui parlent des athées et dont voici le sens :

 -       « Ont-ils été créés à partir du néant ? Ou sont-ils eux-mêmes les créateurs? » (Coran: verset 35 chap. 52) 

   La réponse à cette question est évidente, non seulement pour les théistes, mais pour toute personne sensée et saine d’esprit. Et puis en interpellant toujours notre raison afin de nous prouver la véracité du monothéisme, Il nous indique ce qui se serait inéluctablement passé en cas de l’existence de plusieurs dieux :  

-       « Allah ne S'est point attribué d’enfant et il n’existe point de divinité avec Lui; sinon, chaque divinité s'en irait avec ce qu’elle a créé, et se seraient disputés les uns aux autres la suprématie. Gloire et pureté à Allah! Il transcende tout ce qu’ils décrivent. » (Coran : verset 91 chap. 23

     Nous sommes en droit alors de nous demander pourquoi nous a-t-Il créés. Allah, pour nous répondre, Il commence d’abord par nous préciser que nous ne sommes pas créés pour rien et qu’il est absurde que nous existions sans raison d’être :  

-       « Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but, et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous ?" (Verset  115 chap. 23)  

 -       « Ce n'est pas par amusement (soit sans raison) que Nous avons créé le ciel et la terre et ce qui est entre eux. » (Verset  16 chap. 21)

 -       « Et ils dirent: "Il n'y a pour nous que la vie d'ici-bas: nous mourons et nous vivons et seul le temps nous fait périr (définitivement)". Ils n'ont de cela aucune science: ils ne font qu'émettre des conjectures. » (Verset  24 chap. 45) 

 

  Il nous précise ensuite pourquoi Il nous a créés, quitte à voir les détails dans d’autres versets du Coron :  

-       « En effet, Nous avons créé l'homme d'une goutte (il doit s’agir de l’ovule fécondée), pour le mettre à l'épreuve. Nous l'avons doté alors du discernement par l’ouïe et la vue» (Verset 2 chap. 76) ;

 -       « C'est Lui qui a fait de vous des agents sur terre et qui vous a élevés, en rangs, les uns au-dessus des autres, afin de vous éprouver en ce qu'Il vous a donné. Vraiment, ton Seigneur est prompt en punition, Il est aussi le Clément et Miséricordieux. » (Verset 165 chap. 6)

 -       « C’est Allah qui a créé la mort et la vie, afin de vous éprouver, qui de vous est le meilleur en œuvre. Et c'est Lui le Puissant et le Clément» (Verset 2 chap. 67).

 

 

    Une fois de plus, l’athée n’est pas censé croire en tout cela, mais ne doit en revanche, jamais perdre de vue que pour nous, la négation de l’existence de dieu n’est ni plus ni moins qu’une croyance non démontrable, au même titre que le théisme pour les athées, qu’il leur plait de le prendre pour de simples conjectures et pur fruit de l’imagination des croyants. C’est ainsi qu’il apprendra à faire preuve de modestie et d’humilité face à ses semblables théistes, sans jamais les prendre d’en haut et avec mépris, ni chercher à leur imposer d’une manière ou d’une autre l’athéisme sous forme de laïcité philosophique, comme ce qu’il y a pour tout le genre humain de mieux et de rationnel en matière de déité.

 Par Mustapha HMIMOU 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La page d'accueil La liste de tous mes articles
Repost 0
Published by mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 18:56

 

      Réitérons le ici :

« Le devoir de ne reconnaître aucun dogme » cité dans la définition du président du CAL : "Centre d'Action Laïque" comme principe laïc, revient alors, non seulement à ne pas reconnaître les seuls cultes théistes qui sont des dogmes pour les athées, mais à ne pas reconnaître également l’athéisme qui n’est pas moins un dogme pour les théistes. Qu’est-ce qui doit rester alors ? Rien.

    Nier aux croyants le droit de considérer l’athéisme comme un simple dogme, revient ipso facto à leur imposer dans la laïcité au sens athéistes du terme, l’occultation en public de leur mode de vie selon leurs convictions théistes, et vivre en public selon le mode de vie athée, qui n’est pour eux qu’un simple dogme auquel ils ne croient pas. Il s’agit là de la douloureuse persécution qu’ont enduré et endurent toujours les fidèles de toutes les confessions dans les régimes communistes totalitaires.

 Les athées doivent savoir que :

tout culte théiste et l’islam en particulier, n’est pas un chapeau que le croyant met sur la tête en un lieu particulier et l'ôte en d’autres pour les convenances de ceux qui ne supportent pas de le voir libre et fier de son culte.

    Toute religion doit imprégner chaque cellule du croyant. Lui demander d’occulter ses convictions dans la sphère publique, revient à lui demander d’ôter son cerveau de sa boîte crânienne pour le mettre dans sa poche et se promener écervelé parmi les gens, pour l’unique plaisir de l’athée qui ne supporte pas de voir un croyant fier de son théisme et le manifester en toute liberté en public.    

Toute religion doit imprégner chaque cellule du croyant. Lui demander d’occulter ses convictions dans la sphère publique, revient à lui demander d’ôter son cerveau de sa boîte crânienne pour le mettre dans sa poche et se promener écervelé parmi les gens, pour l’unique plaisir de l’athée qui ne supporte pas de voir un croyant fier de son théisme et le manifester en toute liberté en public.

     L’attitude juste et raisonnable dans toute laïcité authentique, censée préserver la dignité de chaque citoyen, consiste plutôt à reconnaître tous les dogmes, y compris l’athéisme et l’agnosticisme. Une telle reconnaissance doit signifier pour chaque citoyen et pour les pouvoirs publics que tous les dogmes théistes ou athées sont partout dignes de respect. Et l’on doit surtout en tenir compte dans la gestion des affaires publiques. Et il convient de savoir que telle est l’attitude recommandée par l’islam, en vue d’une société multiconfessionnelle qui découle tout naturellement d’une vraie liberté de conscience et d’une liberté de culte effective.

 Par Mustapha HMIMOU 

 

La page d'accueil La liste de tous mes articles
Repost 0
Published by mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article