Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LAÏCITE AUTHENTIQUE.
  • LA LAÏCITE AUTHENTIQUE.
  • : La laïcité authentique est censée préserver la dignité humaine sans nulle discrimination, ni de race ni de culte ni de culture.
  • Contact

Tous mes articles

1

Les risques du laïcisme. 

2

La conception anti-confessionnelle de la laïcité.

3

La laïcité authentique.

4

L'islamophobie c'est tout comme l'antisémitisme.

5

Les origines historiques du laïcisme en Francee.

6

L’école dite laïque est sous-entendue anti-confessionnelle.

7

L'ECOLE LAÏQUE AUTHENTIQUE.

9

L’athéisme n’est qu’un dogme comme les autres.

10

Ce qui est simple dogme pour l’athée est certitude pour le croyant, et vis versa.

11

La laïcité authentique tient compte de tous les dogmes.

12

La laïcité kidnappée et travestie par les intégristes athéistes.

13

Postulats athéistes à revoir.

14

Pour le musulman, raisonner est une recommandation cultuelle.

15

L'islamophobe doute de ses propres convictions.

16

Les idées athéistes pernicieuses à bannir.

17

La liberté de culte selon l'islam.

18

La laïcité face à une crise en matière de convictions philosophiques.

19

L'intégrisme athéiste à séparer de l'Etat.

20

La confusion entretenue par les intégristes athéistes entre laïcité et athéisme.

21

Athée ne signifie pas démocrate.

22

Les mots qui consolident l'Etat athéiste intégriste et ostraciste.

23

"L'Eglise" des intégristes athéistes non séparée de l'Etat.

24

L’athéisme est une religion.

25

La laïcité face à une crise de valeurs en matière de mœurs.

26

Les intégristes athéistes inquisiteurs avérés.

27

Les intégristes athéistes qui s'improvisent muftis pour les théistes.

28

Les intégristes athéistes victimes d’un excès de narcissisme.

29

Le non dit contre l'islam en Europe.

30

Le terrible complexe du teint blanc..

31

Parole de berbère. 1/2

32

Parole de berbère. (la suite 2/2)

33

Les ennemis de la laïcité se trouvent chez les intégristes parmi les athées et parmi les théistes.

34

Controverses antilaïques et injustifiées sur l'islam .

35

Le non dit contre l'islam en Europe.

36

La liberté d'expression (1/3)

37

 La liberté d'expression (2/3)

38

La liberté d'expression (3/3)  

15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 20:36

     Le président du CAL : "Centre d'Action Laïque" fait bien de nous inviter à : « … procéder avec esprit critique à la mise en question des idées reçues, toutes les idées reçues, y compris celles ancrées en soi, les plus pernicieuses, celles de la bonne conscience et du préjugé. » Et selon la définition du dictionnaire, est pernicieuse toute chose qui cause du mal à soi-même ou à autrui. Or est idée reçue pernicieuse chez certains athées sinon chez tous les athées, celle qui soutient que toute religion comporte nécessairement des concepts pernicieux et qui doivent relever dans l’esprit des croyants de la bonne conscience. C’est accuser les fidèles ipso facto d’être des criminels ou des criminels potentiels. C’est ainsi que l’on entend presque toujours dans la bouche de bon nombre d’athées que les religions ont toujours été à l'origine de bien des guerres et de l’intolérance. Il s’agit là d’idées reçues pernicieuses bien évidentes qu’il convient de remettre en question.

 En ce qui concerne l’islam il y a de quoi réfuter par le texte sacré de telles idées. Et puis dans les faits, malgré l'ostracisme politique arabe contraire aux principes de l'islam, c’est dans le monde musulman et le long de toute son histoire que l’humanité a connu pour la première fois des sociétés cosmopolites et multiconfessionnelles, sans presque jamais de frictions en raison des différences cultuelles et culturelles. Et nous en voulons pour preuves ces témoignages puisés dans l’une des encyclopédies bien accréditées en Occident même :

 -       " L’époque de la tolérance musulmane suscita le développement d’une riche culture où se mêlèrent les enseignements grecs, musulmans et juifs, à une époque où l’Europe était encore plongée dans le haut Moyen Age."  

 -       " La conquête musulmane ouvrit une ère de paix pour les Juifs espagnols qui occupèrent des fonctions importantes comme politiques, médecins, financiers et érudits. Par leurs traductions de textes grecs classiques recueillis par les Arabes, ces érudits juifs espagnols ont contribué aux débuts de la Renaissance en Europe."  

 -       " Cette ère de paix s’acheva au XIIIe siècle avec le déclin de l’Islam en Espagne. Les monarques catholiques réduisirent les Juifs espagnols à la même condition inférieure que les autres Juifs d’Europe" .

N.B.(L'eglise comme le clergé de tout culte chrétien ou autre n'est pas toujours conforme aux enseignements des cultes authentiques. Par exemple des prêtre pédophiles. La faute incombe alors aux hommes et non pas au culte lui-ùême. De même pour les integristes musulmans)

 -       " L’Inquisition espagnole, instaurée en 1478, persécuta ces marranes[1], puis, en 1492, l’Espagne expulsa les Juifs, suivie de près par le Portugal (1497)."

 -       "Les expulsés d’Europe occidentale trouvèrent refuge à l’Est. Des milliers de Juifs espagnols émigrèrent dans l’Empire ottoman qui poursuivait la politique musulmane de tolérance : Constantinople devint, à partir du XVIe siècle, le foyer de la plus importante communauté juive d’Europe."

 -       " Maïmonide décida en 1160 d’émigrer à Fès puis, en 1165, en Palestine avant de s’installer au Caire. Maïmonide y devint grand rabbin et médecin à la cour du sultan (musulman) ayyubide Saladin Ier "

 

Et pourtant, le monde moderne, surtout en Occident, reste mille fois meilleur en matière d'humanisme. De fait le monde moderne est plus juif, plus chrétien, et plus musulman que ne l'étaient cest trois religions auparavant, et ne le sont dans le monde en développement. C'est que partout où la dignité humaine est respectée, c'est là que se trouve l'authentique judaïsme, l'authentique christienté et l'authentique islam. Les rites cultuels, si ostensibles est criants soient-ils n'ont nul sens partout où la dignité est bafouée.

 

L’autre idée reçue, non moins pernicieuse et bien ancrée dans la bonne conscience de bon nombre d’athées, est celle qui veut que toute religion et notamment l’islam, prône et cultive l’ignorance, l’illettrisme et l’archaïsme, et s’oppose en revanche et avec vigueur à l’instruction, à la science et à la modernité. Pour le musulman qui sait que tout cela est archi faux, en ce qui concerne son propre culte au moins, et qui pris d’en haut par un accusateur assis sur son perchoir, la baguette à la main, pour distribuer les bon et les mauvais points, sans jamais daigner se baisser pour écouter ses doléances, il s’agit d’attitudes on ne peut plus pernicieuses, parce qu’arrogantes, impudentes et insolentes. Pour l’information objective, qu’en est-il au juste au niveau des textes sacrés de l’islam d’abord ?

 Ni dans le Coran ni dans l’enseignement du prophète dit sunna, absolument rien ne s’oppose ni à la recherche scientifique ni à la modernité. Tout au contraire la charia, selon ces deux sources, recommande plutôt à l’homme la pleine disposition de l’univers sans pour autant le corrompre.

 -       « C’est Lui qui a crée pour vous tout ce qu’il y a en terre, puis IL s’est établi au ciel et Il l’a agencé en sept cieux. Et absolument rien n’échappe à Sa science. » Coron 2/29

 -       « Ne voyez- vous pas qu' Allah vous a assujetti ce qui est dans les cieux et sur la terre ? Et Il vous a comblés de Ses bienfaits apparents et cachés. Et parmi les gens, il y en a qui discute à propos d'Allah, sans science, ni guidée, ni Livre éclairant ». Coron 21/22

 La charia fait plutôt de la science et de la recherche scientifique, entre autres, un outil de méditation sur les attributs de rationalité, de perfection et d’omnipotence d’Allah. La science dans l'Islam est donc censée, entre autres, raffermir la foi en le Seigneur. Et ce sont justement les découvertes scientifiques qui ont permis la bonne compréhension de certains versets du Coran. Ces versets y sont révélés pour prouver ainsi son caractère divin. Il convient de consulter à ce sujet les deux ouvrages édifiants du Dr. Maurice Buccaille, édités chez Seghers, et intitulés respectivement : « La Bible le Coran et la science. (Edit. 1976 ; 15° édit. en 1993) » ; et « Moïse et le Pharaon (édit. 1995) »

 Que s’en est-il suivi ensuite dans la vie effective des musulmans ? Pour cela voilà des témoignages édifiants puisés toujours dans la même  encyclopédie :

 -       En matière de modernité et de génie civile, et en guise de simple exemple : Bagdad : Nommée Madinat al-Salam, la «cité de la paix», fut construite par le second calife abbasside al-Mansur en 762, (à peine un siècle et demi après l’avénement de l’islam) Sa construction a duré quatre ans et mobilisé 100 000 personnes. Suivant un plan circulaire de 2 km de diamètre, elle possédait trois murailles concentriques, percées de quatre portes. De larges avenues menaient des portes jusqu’au centre, au palais du calife et à la mosquée, entourés de la première muraille. La seconde délimitait l’espace réservé à l’armée et la troisième abritait la population. Les quartiers de marchands ou bazars se trouvaient à l’extérieur des remparts, à al-Karkh. La ville prospéra sous le calife Haroun al-Rachid. Bagdad demeura un grand centre commercial et culturel. Les mathématiques s’y développèrent et le zéro apparut. Son déclin commença lorsque le sultan mongol Hulagu, petit-fils de Gengis Khan, mit la ville à sac en 1258, mettant ainsi fin à l’empire califien. Elle fut à nouveau détruite en 1401 par un autre sultan mongol, Tamerlan.

 -       En matière de développement des sciences : c’est  dans le monde musulman que toutes les sciences ont connues un renouveau après les grecs, et que des hommes à la fois, érudits en sciences de la religion et des scientifiques tout court, sont à jamais immortalisés grâce à leurs apport à la science.

  Citons à titre d’exemple Ibnou Rochd, dont le nom fut mutilé par les Européens pour le renommer Averroès, comme s’il s’agissait d’un Grec ou d’un Romain, qui n’a rien à voir ni avec les Arabe ni avec l'Islam. Il en fut de même d’Ibnou Sina, renommé pour la même raison Avicenne. Les francophones par exemple, doivent consulter les encyclopédies pour se rendre compte des noms et des identités authentiques de ces savants musulmans. Ibn Ruchd y est présenté ainsi : "Averroès (1126-1198), connu sous le nom arabe d'Ibn Ruchd, philosophe médiéval islamique, médecin, juriste et théologien". Remarquez le nombre de qualités scientifiques que revêtait ce savant musulman. Et remarquez en revanche l’incongruité du mot médiéval introduit ici pour qualifier l’âge d’or de l'Islam, alors que le mot médiéval n’est au fait propre qu’au ténébreux moyen âge en Europe. Quant à Ibn Sina, il est défini en langue française comme suit : "Avicenne (980-1037), connu dans le monde musulman sous le nom d'Ibn Sina, philosophe et médecin persan". Remarquez dans cette autre définition, l’expression "connu dans le monde musulman sous…" comme s’il était étranger à ce monde musulman. Or il est non seulement musulman, mais il était juriste en charia et un théologien au même titre qu’Ibnou Rochd.

 Citons aussi à titre d’exemple et selon les mêmes sources, l’apport en science de certains savants musulmans qui ont vécu aussi libres que l’air sous l’égide du règne musulman :

 1) En mathématiques :

 a)"Le mot algorithme n’est pas dérivé d’un mot latin ou grec, mais d’une contraction et d’une dérivation du nom du mathématicien arabe al-Khuwarizmi qui publia deux livres importants : l’un sur l’arithmétique et l’autre sur «l’action de faire passer et d’agencer les parties d’un tout » (titre original : Kitab al-jabr wal muqabala). Trois siècles plus tard, le livre, traduit en latin, porta le nom Algorismus"

 b)"L’algèbre trouve un foyer d’accueil dans le monde islamique, où elle est considérée comme la «science de la réduction de l’arithmétique en une forme plus parfaite» ".

 c)"L’islam, né dans la péninsule Arabique, connaît pendant un siècle une expansion rapide et règne sur un territoire s’étendant de l’Espagne aux frontières de la Chine. Cela amène les musulmans à prendre connaissance des «sciences étrangères». Dans des centres tels que la Maison de la Science , à Bagdad, des traducteurs, soutenus par les califes et par de riches mécènes, donnent les versions arabes des ouvrages mathématiques grecs et indiens. Vers l’an 900, ce travail s’achève. Les savants musulmans utilisent ces acquis auxquels ils apportent de nouvelles contributions. Le monde occidental latin fera sien une grande partie de ce savoir au cours du XIIe siècle, le grand siècle de la traduction. Avec les traductions des classiques grecs, tous ces travaux musulmans seront à l’origine du développement des mathématiques occidentales au cours du Moyen Âge".

 2) En astronomie : "Les astronomes arabes, remarquables observateurs, établirent de nouveaux catalogues d'étoiles au IXe et au Xe siècle, ainsi que des tables de mouvements planétaires. Ils perfectionnèrent les instruments d'observation, mais ne firent pas de découvertes fondamentales en astronomie. Dès le Xe siècle, la science arabe se propagea en Occident par l'Espagne. Mais c'est seulement au XIIe siècle que des traductions latines de l'Almageste de Ptolémée circulèrent en Europe occidentale, stimulant l'intérêt des savants pour l'astronomie"

 3) En médecine : "Les connaissances les plus importantes concernant l’hygiène, l’alimentation et l’eugénisme ont été transmises en Occident par les écrits de médecins arabes, Avicenne notamment"

 4) En chimie :  "Aux VIIe et VIIIe siècles, les conquérants arabes propagèrent la culture islamique dans une grande partie de l'Asie Mineure, en Afrique du Nord et en Espagne. Les califes de Bagdad devinrent des mécènes actifs de la science et de l'enseignement. Les versions syriaques des textes grecs furent à nouveau traduites, cette fois en arabe, et, avec l'enseignement du grec, les idées et la pratique de l'alchimie fleurirent une nouvelle fois"

 5) En physique : "Au Moyen Âge, les travaux scientifiques de la Grèce antique sont repris et développés par des savants arabes, puis transmis à partir du XIIIe siècle aux grandes universités d’Europe"

 6) En philosophie : "Les ouvrages de Platon, d'Aristote et d'autres penseurs grecs furent traduits par des érudits arabes et attirèrent l'attention de philosophes en Europe occidentale"

 7) En géographie : "Les Arabes du Proche-Orient, toutefois, interprétèrent et vérifièrent les travaux des géographes grecs et romains plus anciens; ils explorèrent également les régions du sud-ouest de l’Asie et de l’Afrique. Dès le VIIIe siècle, les érudits arabes traduisaient les œuvres des géographes grecs. C’est seulement après la traduction de ces textes arabes en latin que les connaissances géographiques des Grecs se répandirent en Europe. Parmi les grandes figures de la géographie arabe se détachent al-Idrisi, qui était connu pour ses cartes détaillées, Ibn Battuta et Ibn Khaldoun, qui tous deux écrivirent des récits sur leurs grands voyages"

  Tous ces témoignages objectifs et  de notoriété publique, attestent que la propagation de l'Islam a été un facteur déterminant dans la reprise des travaux scientifiques, dans leur développement, leur enrichissement, leur enseignement et leur transmission en Europe médiévale. Il s’agit ainsi d’une manière ou d’une autre de la lumière de l'Islam qui a éclairé le moyen Âge en Europe et qui a été à l’origine de la renaissance et du siècle dit des lumières dans cette partie du monde, dont profite toujours le monde entier.  N’y a-t-il pas là de quoi remuer chez bon nombre d’athées, à très juste titre, des idées reçues pernicieuses contre l’islam ?

S’il y a eu un fléchissement et un retard dans les sciences chez-nous, c’est dû aux musulmans et  non pas à l’islam. C’est dû à une carence dans la propagation des nobles valeurs de ce culte au profit de la prolifération de l’ignorance et des conjectures les plus pernicieuses qui sont plutôt aux antipodes de l’islam.

  Ceci est toujours écrit afin de montrer en quoi nous croyons et comment nous fonctionnons en raison de nos authentiques valeurs religieuses. Cela est de nature à expliquer en plus ce qui fait de nos jours le succès de l’islam parmi les jeunes et moins jeunes, musulmans ou non, et partout dans le monde, grâce au développement continu de moyens technologiques de l’information très performants, mettant très aisément entre les mains de tous, l’authentique et consistante substance de l’islam de la part de ceux qui y croient vraiment, loin de toute propagande véreuse et pernicieuse orchestrée par des non musulmans prétendus spécialistes attitrés, et dont le souci majeur est de désinformer.

                                                         Mustapha HMIMOU 

 [1]  Il s’agit de juif en Espagne et au Portugal du XVe au XVIIe siècles, qui, après la chute de l’Andalousie musulmane tolérante, s’était en apparence converti au catholicisme pour échapper au dépouillement de ses biens, et à l’exil,  tout en conservant ses croyances.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article

commentaires