Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LAÏCITE AUTHENTIQUE.
  • LA LAÏCITE AUTHENTIQUE.
  • : La laïcité authentique est censée préserver la dignité humaine sans nulle discrimination, ni de race ni de culte ni de culture.
  • Contact

Tous mes articles

1

Les risques du laïcisme. 

2

La conception anti-confessionnelle de la laïcité.

3

La laïcité authentique.

4

L'islamophobie c'est tout comme l'antisémitisme.

5

Les origines historiques du laïcisme en Francee.

6

L’école dite laïque est sous-entendue anti-confessionnelle.

7

L'ECOLE LAÏQUE AUTHENTIQUE.

9

L’athéisme n’est qu’un dogme comme les autres.

10

Ce qui est simple dogme pour l’athée est certitude pour le croyant, et vis versa.

11

La laïcité authentique tient compte de tous les dogmes.

12

La laïcité kidnappée et travestie par les intégristes athéistes.

13

Postulats athéistes à revoir.

14

Pour le musulman, raisonner est une recommandation cultuelle.

15

L'islamophobe doute de ses propres convictions.

16

Les idées athéistes pernicieuses à bannir.

17

La liberté de culte selon l'islam.

18

La laïcité face à une crise en matière de convictions philosophiques.

19

L'intégrisme athéiste à séparer de l'Etat.

20

La confusion entretenue par les intégristes athéistes entre laïcité et athéisme.

21

Athée ne signifie pas démocrate.

22

Les mots qui consolident l'Etat athéiste intégriste et ostraciste.

23

"L'Eglise" des intégristes athéistes non séparée de l'Etat.

24

L’athéisme est une religion.

25

La laïcité face à une crise de valeurs en matière de mœurs.

26

Les intégristes athéistes inquisiteurs avérés.

27

Les intégristes athéistes qui s'improvisent muftis pour les théistes.

28

Les intégristes athéistes victimes d’un excès de narcissisme.

29

Le non dit contre l'islam en Europe.

30

Le terrible complexe du teint blanc..

31

Parole de berbère. 1/2

32

Parole de berbère. (la suite 2/2)

33

Les ennemis de la laïcité se trouvent chez les intégristes parmi les athées et parmi les théistes.

34

Controverses antilaïques et injustifiées sur l'islam .

35

Le non dit contre l'islam en Europe.

36

La liberté d'expression (1/3)

37

 La liberté d'expression (2/3)

38

La liberté d'expression (3/3)  

19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 19:28

 

    Au lieu d’appeler un chat un chat, l’on se plait à travestir dans le monde francophone le sens propre et noble du terme laïcité, pour l’assimiler toujours sans relache et sans ambages à l’athéisme. Et pourtant c’est ce sens de la laïcité qui prévaut encore, pour gérer les affaires publiques au grand dépit et au grand mépris de tous les croyants.

 

    Et puis tout culte théiste n’est-il pas également une conception de vie à l'instar de l’athéisme ? Bien sûr que oui. Et il s'agit pour tout fidèle d'une vie qui n’est pas seulement fondée sur l’existence de dieu, mais sur tout le système de valeurs corollaire censé la régir. Tout cela parce que les croyants sont eux, persuadés plutôt que cet univers ne peut être l’œuvre d’un quelconque hasard et que nier l’existence d’un dieu créateur, organisateur, transcendant toute sa création, omnipotent, omniscient et omniprésent, ne résiste pas à l’analyse toute logique de leur esprit. Et pour eux, l’athéisme relève du déraisonnable, et c'est leur droit le plus strict.     

 

Une fois de plus, la laïcité authentique requiert pour les théistes la reconnaissance à chaque citoyen de comprendre son culte comme il le veut, de le vivre comme il l’entend, d’en être fier en privé comme en public et de se montrer partout et en tout, conforme à ses convictions religieuses, dans la mesure où tout cela ne lèse personne et ne contrevient pas à l’ordre public.

        Sinon c’est la dignité de l’homme que l’on bafoue sans peut-être le savoir. Et n'est nullement lésè tout athée qui ne suporte pas de voir un théiste vivant en toute liberté son culte sur la place publique. C'est plutôt celui-ci qui serait alors victime de l'intolérance d'un tel athée ostraciste. 

    Les croyants n’admettent au fond d’eux-mêmes que résignés, que les athées les obligent, au nom d’une laïcité travestie et taillée à leur seul goût, à occulter leurs convictions religieuses en public et s’y montrer hypocritement sans rien de ce qui soit susceptible de les distinguer des athées, pour le seul plaisir de ceux-ci. Quand ils s’y plient, pour un intérêt vital ou un autre, c’est avec la pire amertume dans l’âme. Dans certaines entreprises, par exemple, il n’est pas bon de se montrer musulman croyant et pratiquant sous peine de se voir mis à la porte. Et partout le fidèle doit supporter ce regard inquisiteur de l’autre qui le scrute du bas des pieds jusqu’en haut de la tête, parce qu’on a découvert qu’il tient toujours à son culte et qu’il se conforme à ses prescriptions dans sa vie de tous les jours.

 

 Par Mustapha HMIMOU

 

  
   
  
Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 16:48

    Quand le président du CAL : "Centre d'Action Laïque" nous écrit qu’il convient de   :

« …de procéder avec esprit critique à la mise en question des idées reçues, toutes les idées reçues, y compris celles ancrées en soi, les plus pernicieuses, celles de la bonne conscience et du préjugé. »

nous sommes d’accord avec lui et nous ajoutons qu’à cet égard, il est plus qu’urgent de commencer par certains athées qui se disent laïcs et qui doivent faire preuve d’humilité pour admettre qu’en matière d’idées reçues, ils ont assez d’effort à faire. Pour eux-mêmes et en faveur d’une coexistence pacifique avec tous les croyants, ils ont à notre avis, intérêt à faire table rase d’une manière cartésienne de certains de leurs postulats et à accepter de bien méditer et soumettre à l’étude et l’analyse les thèses suivantes : 

 

La négation de l’existence de dieu n’est pas une assertion démontrable comme l’est toute vérité scientifique prouvée et admise d’une manière irréfutable par tout le monde.

 Pour tous les théistes du monde, l’athéisme est un simple dogme. Et nul athée ne sera jamais en mesure de leur prouver le contraire.

 La laïcité est un concept unique et indivis, qui n’a rien à voir avec l’athéisme. Et il n'y a pour la cause ni laïcité philosophique ni laïcité politique; il n'y a pour tout le monde que la laïcité tout court.

La laïcité transcende toutes les convictions à la fois philosophiques et religieuses. Elle est de ce fait à égale distance du croyant, de l’athée et de l’agnostique. Elle les traite sur un strict pied d'égalité sans jamais nul parti pris pour l'un contre l'autre.

La laïcité au sens propre et noble du terme, non seulement reconnaît tous les dogmes en présence dans la société, y compris l’athéisme, mais en tient compte tous, et sur un même pied d’égalité, dans la gestion des affaires publiques.

      Nous sentons qu’il doit s’agir là d’un énorme chamboulement dans les idées reçues chez bon nombre d’athées. La demande de telles remises en question peut leur sembler comme de la provocation. Or il n’y a absolument rien d’une provocation dans une telle demande. Et nous ne nous serions nullement occupés de telles idées reçues, si elles n’avaient pas un impact pernicieux sur au moins la vie des musulmans minoritaires parmi les athées. Au nom de la même laïcité authentique, les musulmans de leur côté, n’ont et ne doivent avoir nul grief à l’égard des non musulmans en raison de leurs convictions religieuses ou philosophiques. Cependant, ce sont certains athées qui à cause de leurs postulats et leurs idées reçues, en éprouvent avec nous en raison de notre culte. Le problème est chez eux et bien ancré en eux-mêmes. Sinon, c’est la coexistence et la cohabitation pacifique qui doit prévaloir entre tout le monde.

Mustapha HMIMOU

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 19:18

     La certitude de la rationalité de l’islam dans l’esprit de l’immense majorité des musulmans est telle que, dans un milieu en majorité non musulman, ils ne s’inquiètent pas outre mesure pour les convictions religieuses de leurs propres enfants.

   Nous en voulons pour preuve la première génération des immigrés musulmans en Belgique et partout ailleurs dans le monde non musulman. En Belgique, ces immigrés étaient souvent illettrés, mais pour un bon nombre pieux et très fiers de leur culte. Et ils n’hésitaient pourtant pas à inscrire leurs enfants dans des écoles catholiques au plus grand étonnement des pouvoirs organisateurs d’obédience chrétienne.

   La raison en était la rumeur qui courait parmi ces immigrés, et qui voulait que dans de telles écoles l’on prenne mieux soin des enfants que dans l’école communale ou l’école de l’Etat. Et cela leur suffisait pour les y inscrire, sans la moindre crainte qu’ils risquent d’en sortir chrétiens. Pour ces écoles catholiques, qui percevaient des subventions de l’Etat, au prorata des enfants inscrits au début de l’année, c’était une aubaine inespérée.

   C’est qu’en matière de rationalité de l’islam, ces immigrés étaient au fond d’eux-mêmes si sûrs que face à « deux et deux font quatre » nulle autre somme ne peut ébranler la foi de leurs enfants. En d’autres termes l’islam dans leurs esprits, est perçu aussi rationnel que la somme exacte : « deux et deux font quatre ».

     Avec tout le respect que nous devons aux athées, nous pensons que nul parmi eux ne peut risquer d’en faire autant sans craindre de voir ses enfants christianisés. 

     Et dans les faits, rien que voir des filles musulmanes voilées fait croire à certains non musulmans en Europe et surtout en France , que leurs enfants courent le grand risque de se convertir à l’islam. Si tel est le cas, c'est qu’ils ne sont pas, d'une part aussi sûrs que les musulmans de la rationalité de leurs propres convictions philosophiques ou religieuses, et puis d'autre part et de facto, ils reconnaissent eux-mêmes ainsi à l'islam une telle force de rationalité et de persuasion au point qu'ils en ont peur. 

Autrement celui qui est sûr de la rationalité intrinsèque de ses propres convictions, ne se soucie nullement des convictions des autres ; s'en trouve magistralement indifférent, et n'éprouve nul besoin de prendre une attitude défensive à leur égard en passant le plus clair de son temps à les vilipender, à les fustiger et à les couvrir d'invectives.     

    Et qu’il nous soit permis de citer cette anecdote, qui en dit long sur ce qu’on considère à tort comme un esprit fragile et influençable chez l’enfant. L’une de ces écoles catholiques au Limbourg belge, s’est permise d’emmener ses nombreux élèves musulmans avec tous les autres à l’église pour une séance hebdomadaire de prêche. Les parents immigrés musulmans, quoique soucieux des convictions de leurs enfants, ne s’en sont pas souciés outre mesure. Et ce sont ces enfants qui, en toute innocence, se sont mis à perturber les offices dans l’Eglise. Chaque fois que l’officiant fait allusion à la déité de Jésus et à sa filiation à dieu, ils se soulevaient d’une seule voix pour réfuter de telles croyances contraires à leurs propres convictions . Ils criaient à la face de tous les assistants que Jésus est le fils de la seule sainte Marie et qu’il est un simple être humain et messager d’Allah et qu’Allah qui transcende toute sa création n’a donc nul ascendant ni nul descendant. Une telle perturbation fut évitée le reste des séances en laissant ces enfants à l’école aux grands soins de l’imam du village.

     Il y a, à ce sujet, un autre indice qui inquiète outre mesure certains athées victimes de la même idée reçue, voulant la religion comme simples conjectures irrationnelles et filles de l’imaginaire des croyants.  Un ex-ministre français de l’éducation nationale, criait à vive voix à la télé, sa consternation de voir des enfants musulmans nés en France, de parents nés eux aussi en France, non seulement encore attachés à l’islam, mais plus pratiquants que leurs aïeuls.

    Ceci veut dire selon « le bon sens commun » de cet éminent personnage, que ces élèves issues de l’école de la république et enfants de parents sortis de la même école de la république, doivent en sortir tout naturellement des athées avérés. Dans son esprit, la pratique qui consiste à vilipender, à diaboliser et à mépriser toute religion et l’islam en particulier, non seulement doit être omniprésente dans l’école de la république, mais doit produire l’effet escompté à savoir athéiser ses élèves.  Et pour bien manifester leur déception à cet égard, certains athées parlent de l’échec de l’école de la république dans sa mission. Quelle donc est cette mission qu'ils se gardent d'exprimer clairement, sinon celle de produire des enfants "laïques" qui veut dire, selon leur propre littérature, des enfants athées ??? 

     Mais ce qu’ils oublient tous, c’est qu’il se trouve que dans cette même école, l’on fait en même temps et à très juste titre, l’apologie de la rationalité cartésienne. Et c’est ainsi que, de cette même école, sont sortis des musulmans qui, en rationnels et cartésiens convaincus, ne se sentent très bien dans leur peau que dans l’islam. Et les sites qui pullulent sur la toile pour faire connaître ce culte en français, sont des sites créés et gérés en grande partie par ces mêmes enfants de l’école de la république, aujourd’hui adultes.

     A ce titre, la musulmane française voilée est pour deux générations fille de la même école de la république. Elle a dû sûrement, d’une manière ou d’une autre, y apprendre que l’islam est le plus rétrograde des cultes à l’égard de la femme. Cependant, en toute liberté et sur la base de la rationalité apprise à la même école, elle a fait son choix et opter pour ce culte. C’est que toute comparaison faite entre les choix alternatifs à sa disposition, et après étude et mûre réflexion, la rationalité dont est imbibé l’esprit de cette fille musulmane à l’école de la république, n’a trouvé son repos que dans l’islam.  Il y a dans tout cela, plutôt de quoi donner à réfléchir sur ladite idée reçue chez les athées sur l’irrationalité présumée de toutes les religions.

     Et tout cela, c'est pour inviter tous les athées à faire un effort afin de bien ouvrir les yeux et les oreilles ; d’user de leur raison et apprendre à faire preuve de modestie et d’humilité face aux croyants. Ils doivent faire un effort pour ne plus prendre nul théiste, musulman ou juif ou chrétien, d’en haut pour lui imposer tout ce qui est de nature à être contraire à ses convictions religieuses. Ils ne doivent surtout pas chercher en l’occurrence, à lui imposer la fameuse : « Elaboration personnelle d’une conception de vie qui se fonde sur l’expérience humaine, à l’exclusion de toute référence confessionnelle, dogmatique ou surnaturelle » très chère au CAL (cercle de l'action laïque) pour définir leur laïcité, et qui ne convient au fait qu’à l’athée.

    Contraindre les citoyens théistes à se soumettre à ce qui est contraire à leurs convictions profondes c’est manifestement bafouer leur dignité d’être humain. C’est contraire aux droits élémentaires de l’homme. Et c’est le cas en l’occurrence de la loi sur les signes religieux à l’école de la république en France.

     Les athées de partout dans le monde, doivent faire un effort pour admettre qu’au même titre que les théistes, ils ne sont que de simples croyants. Le théiste est un croyant parce qu’il croit que dieu existe, et l’athée n’est qu’un croyant à sa façon, parce qu’il croit de son côté que dieu n’existe pas. Et il n'a et n'aura jamais, à ce propos, nulle preuve formelle et irréfutable à opposer à tout le monde.

Mustapha HMIMOU
Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 20:36

     Le président du CAL : "Centre d'Action Laïque" fait bien de nous inviter à : « … procéder avec esprit critique à la mise en question des idées reçues, toutes les idées reçues, y compris celles ancrées en soi, les plus pernicieuses, celles de la bonne conscience et du préjugé. » Et selon la définition du dictionnaire, est pernicieuse toute chose qui cause du mal à soi-même ou à autrui. Or est idée reçue pernicieuse chez certains athées sinon chez tous les athées, celle qui soutient que toute religion comporte nécessairement des concepts pernicieux et qui doivent relever dans l’esprit des croyants de la bonne conscience. C’est accuser les fidèles ipso facto d’être des criminels ou des criminels potentiels. C’est ainsi que l’on entend presque toujours dans la bouche de bon nombre d’athées que les religions ont toujours été à l'origine de bien des guerres et de l’intolérance. Il s’agit là d’idées reçues pernicieuses bien évidentes qu’il convient de remettre en question.

 En ce qui concerne l’islam il y a de quoi réfuter par le texte sacré de telles idées. Et puis dans les faits, malgré l'ostracisme politique arabe contraire aux principes de l'islam, c’est dans le monde musulman et le long de toute son histoire que l’humanité a connu pour la première fois des sociétés cosmopolites et multiconfessionnelles, sans presque jamais de frictions en raison des différences cultuelles et culturelles. Et nous en voulons pour preuves ces témoignages puisés dans l’une des encyclopédies bien accréditées en Occident même :

 -       " L’époque de la tolérance musulmane suscita le développement d’une riche culture où se mêlèrent les enseignements grecs, musulmans et juifs, à une époque où l’Europe était encore plongée dans le haut Moyen Age."  

 -       " La conquête musulmane ouvrit une ère de paix pour les Juifs espagnols qui occupèrent des fonctions importantes comme politiques, médecins, financiers et érudits. Par leurs traductions de textes grecs classiques recueillis par les Arabes, ces érudits juifs espagnols ont contribué aux débuts de la Renaissance en Europe."  

 -       " Cette ère de paix s’acheva au XIIIe siècle avec le déclin de l’Islam en Espagne. Les monarques catholiques réduisirent les Juifs espagnols à la même condition inférieure que les autres Juifs d’Europe" .

N.B.(L'eglise comme le clergé de tout culte chrétien ou autre n'est pas toujours conforme aux enseignements des cultes authentiques. Par exemple des prêtre pédophiles. La faute incombe alors aux hommes et non pas au culte lui-ùême. De même pour les integristes musulmans)

 -       " L’Inquisition espagnole, instaurée en 1478, persécuta ces marranes[1], puis, en 1492, l’Espagne expulsa les Juifs, suivie de près par le Portugal (1497)."

 -       "Les expulsés d’Europe occidentale trouvèrent refuge à l’Est. Des milliers de Juifs espagnols émigrèrent dans l’Empire ottoman qui poursuivait la politique musulmane de tolérance : Constantinople devint, à partir du XVIe siècle, le foyer de la plus importante communauté juive d’Europe."

 -       " Maïmonide décida en 1160 d’émigrer à Fès puis, en 1165, en Palestine avant de s’installer au Caire. Maïmonide y devint grand rabbin et médecin à la cour du sultan (musulman) ayyubide Saladin Ier "

 

Et pourtant, le monde moderne, surtout en Occident, reste mille fois meilleur en matière d'humanisme. De fait le monde moderne est plus juif, plus chrétien, et plus musulman que ne l'étaient cest trois religions auparavant, et ne le sont dans le monde en développement. C'est que partout où la dignité humaine est respectée, c'est là que se trouve l'authentique judaïsme, l'authentique christienté et l'authentique islam. Les rites cultuels, si ostensibles est criants soient-ils n'ont nul sens partout où la dignité est bafouée.

 

L’autre idée reçue, non moins pernicieuse et bien ancrée dans la bonne conscience de bon nombre d’athées, est celle qui veut que toute religion et notamment l’islam, prône et cultive l’ignorance, l’illettrisme et l’archaïsme, et s’oppose en revanche et avec vigueur à l’instruction, à la science et à la modernité. Pour le musulman qui sait que tout cela est archi faux, en ce qui concerne son propre culte au moins, et qui pris d’en haut par un accusateur assis sur son perchoir, la baguette à la main, pour distribuer les bon et les mauvais points, sans jamais daigner se baisser pour écouter ses doléances, il s’agit d’attitudes on ne peut plus pernicieuses, parce qu’arrogantes, impudentes et insolentes. Pour l’information objective, qu’en est-il au juste au niveau des textes sacrés de l’islam d’abord ?

 Ni dans le Coran ni dans l’enseignement du prophète dit sunna, absolument rien ne s’oppose ni à la recherche scientifique ni à la modernité. Tout au contraire la charia, selon ces deux sources, recommande plutôt à l’homme la pleine disposition de l’univers sans pour autant le corrompre.

 -       « C’est Lui qui a crée pour vous tout ce qu’il y a en terre, puis IL s’est établi au ciel et Il l’a agencé en sept cieux. Et absolument rien n’échappe à Sa science. » Coron 2/29

 -       « Ne voyez- vous pas qu' Allah vous a assujetti ce qui est dans les cieux et sur la terre ? Et Il vous a comblés de Ses bienfaits apparents et cachés. Et parmi les gens, il y en a qui discute à propos d'Allah, sans science, ni guidée, ni Livre éclairant ». Coron 21/22

 La charia fait plutôt de la science et de la recherche scientifique, entre autres, un outil de méditation sur les attributs de rationalité, de perfection et d’omnipotence d’Allah. La science dans l'Islam est donc censée, entre autres, raffermir la foi en le Seigneur. Et ce sont justement les découvertes scientifiques qui ont permis la bonne compréhension de certains versets du Coran. Ces versets y sont révélés pour prouver ainsi son caractère divin. Il convient de consulter à ce sujet les deux ouvrages édifiants du Dr. Maurice Buccaille, édités chez Seghers, et intitulés respectivement : « La Bible le Coran et la science. (Edit. 1976 ; 15° édit. en 1993) » ; et « Moïse et le Pharaon (édit. 1995) »

 Que s’en est-il suivi ensuite dans la vie effective des musulmans ? Pour cela voilà des témoignages édifiants puisés toujours dans la même  encyclopédie :

 -       En matière de modernité et de génie civile, et en guise de simple exemple : Bagdad : Nommée Madinat al-Salam, la «cité de la paix», fut construite par le second calife abbasside al-Mansur en 762, (à peine un siècle et demi après l’avénement de l’islam) Sa construction a duré quatre ans et mobilisé 100 000 personnes. Suivant un plan circulaire de 2 km de diamètre, elle possédait trois murailles concentriques, percées de quatre portes. De larges avenues menaient des portes jusqu’au centre, au palais du calife et à la mosquée, entourés de la première muraille. La seconde délimitait l’espace réservé à l’armée et la troisième abritait la population. Les quartiers de marchands ou bazars se trouvaient à l’extérieur des remparts, à al-Karkh. La ville prospéra sous le calife Haroun al-Rachid. Bagdad demeura un grand centre commercial et culturel. Les mathématiques s’y développèrent et le zéro apparut. Son déclin commença lorsque le sultan mongol Hulagu, petit-fils de Gengis Khan, mit la ville à sac en 1258, mettant ainsi fin à l’empire califien. Elle fut à nouveau détruite en 1401 par un autre sultan mongol, Tamerlan.

 -       En matière de développement des sciences : c’est  dans le monde musulman que toutes les sciences ont connues un renouveau après les grecs, et que des hommes à la fois, érudits en sciences de la religion et des scientifiques tout court, sont à jamais immortalisés grâce à leurs apport à la science.

  Citons à titre d’exemple Ibnou Rochd, dont le nom fut mutilé par les Européens pour le renommer Averroès, comme s’il s’agissait d’un Grec ou d’un Romain, qui n’a rien à voir ni avec les Arabe ni avec l'Islam. Il en fut de même d’Ibnou Sina, renommé pour la même raison Avicenne. Les francophones par exemple, doivent consulter les encyclopédies pour se rendre compte des noms et des identités authentiques de ces savants musulmans. Ibn Ruchd y est présenté ainsi : "Averroès (1126-1198), connu sous le nom arabe d'Ibn Ruchd, philosophe médiéval islamique, médecin, juriste et théologien". Remarquez le nombre de qualités scientifiques que revêtait ce savant musulman. Et remarquez en revanche l’incongruité du mot médiéval introduit ici pour qualifier l’âge d’or de l'Islam, alors que le mot médiéval n’est au fait propre qu’au ténébreux moyen âge en Europe. Quant à Ibn Sina, il est défini en langue française comme suit : "Avicenne (980-1037), connu dans le monde musulman sous le nom d'Ibn Sina, philosophe et médecin persan". Remarquez dans cette autre définition, l’expression "connu dans le monde musulman sous…" comme s’il était étranger à ce monde musulman. Or il est non seulement musulman, mais il était juriste en charia et un théologien au même titre qu’Ibnou Rochd.

 Citons aussi à titre d’exemple et selon les mêmes sources, l’apport en science de certains savants musulmans qui ont vécu aussi libres que l’air sous l’égide du règne musulman :

 1) En mathématiques :

 a)"Le mot algorithme n’est pas dérivé d’un mot latin ou grec, mais d’une contraction et d’une dérivation du nom du mathématicien arabe al-Khuwarizmi qui publia deux livres importants : l’un sur l’arithmétique et l’autre sur «l’action de faire passer et d’agencer les parties d’un tout » (titre original : Kitab al-jabr wal muqabala). Trois siècles plus tard, le livre, traduit en latin, porta le nom Algorismus"

 b)"L’algèbre trouve un foyer d’accueil dans le monde islamique, où elle est considérée comme la «science de la réduction de l’arithmétique en une forme plus parfaite» ".

 c)"L’islam, né dans la péninsule Arabique, connaît pendant un siècle une expansion rapide et règne sur un territoire s’étendant de l’Espagne aux frontières de la Chine. Cela amène les musulmans à prendre connaissance des «sciences étrangères». Dans des centres tels que la Maison de la Science , à Bagdad, des traducteurs, soutenus par les califes et par de riches mécènes, donnent les versions arabes des ouvrages mathématiques grecs et indiens. Vers l’an 900, ce travail s’achève. Les savants musulmans utilisent ces acquis auxquels ils apportent de nouvelles contributions. Le monde occidental latin fera sien une grande partie de ce savoir au cours du XIIe siècle, le grand siècle de la traduction. Avec les traductions des classiques grecs, tous ces travaux musulmans seront à l’origine du développement des mathématiques occidentales au cours du Moyen Âge".

 2) En astronomie : "Les astronomes arabes, remarquables observateurs, établirent de nouveaux catalogues d'étoiles au IXe et au Xe siècle, ainsi que des tables de mouvements planétaires. Ils perfectionnèrent les instruments d'observation, mais ne firent pas de découvertes fondamentales en astronomie. Dès le Xe siècle, la science arabe se propagea en Occident par l'Espagne. Mais c'est seulement au XIIe siècle que des traductions latines de l'Almageste de Ptolémée circulèrent en Europe occidentale, stimulant l'intérêt des savants pour l'astronomie"

 3) En médecine : "Les connaissances les plus importantes concernant l’hygiène, l’alimentation et l’eugénisme ont été transmises en Occident par les écrits de médecins arabes, Avicenne notamment"

 4) En chimie :  "Aux VIIe et VIIIe siècles, les conquérants arabes propagèrent la culture islamique dans une grande partie de l'Asie Mineure, en Afrique du Nord et en Espagne. Les califes de Bagdad devinrent des mécènes actifs de la science et de l'enseignement. Les versions syriaques des textes grecs furent à nouveau traduites, cette fois en arabe, et, avec l'enseignement du grec, les idées et la pratique de l'alchimie fleurirent une nouvelle fois"

 5) En physique : "Au Moyen Âge, les travaux scientifiques de la Grèce antique sont repris et développés par des savants arabes, puis transmis à partir du XIIIe siècle aux grandes universités d’Europe"

 6) En philosophie : "Les ouvrages de Platon, d'Aristote et d'autres penseurs grecs furent traduits par des érudits arabes et attirèrent l'attention de philosophes en Europe occidentale"

 7) En géographie : "Les Arabes du Proche-Orient, toutefois, interprétèrent et vérifièrent les travaux des géographes grecs et romains plus anciens; ils explorèrent également les régions du sud-ouest de l’Asie et de l’Afrique. Dès le VIIIe siècle, les érudits arabes traduisaient les œuvres des géographes grecs. C’est seulement après la traduction de ces textes arabes en latin que les connaissances géographiques des Grecs se répandirent en Europe. Parmi les grandes figures de la géographie arabe se détachent al-Idrisi, qui était connu pour ses cartes détaillées, Ibn Battuta et Ibn Khaldoun, qui tous deux écrivirent des récits sur leurs grands voyages"

  Tous ces témoignages objectifs et  de notoriété publique, attestent que la propagation de l'Islam a été un facteur déterminant dans la reprise des travaux scientifiques, dans leur développement, leur enrichissement, leur enseignement et leur transmission en Europe médiévale. Il s’agit ainsi d’une manière ou d’une autre de la lumière de l'Islam qui a éclairé le moyen Âge en Europe et qui a été à l’origine de la renaissance et du siècle dit des lumières dans cette partie du monde, dont profite toujours le monde entier.  N’y a-t-il pas là de quoi remuer chez bon nombre d’athées, à très juste titre, des idées reçues pernicieuses contre l’islam ?

S’il y a eu un fléchissement et un retard dans les sciences chez-nous, c’est dû aux musulmans et  non pas à l’islam. C’est dû à une carence dans la propagation des nobles valeurs de ce culte au profit de la prolifération de l’ignorance et des conjectures les plus pernicieuses qui sont plutôt aux antipodes de l’islam.

  Ceci est toujours écrit afin de montrer en quoi nous croyons et comment nous fonctionnons en raison de nos authentiques valeurs religieuses. Cela est de nature à expliquer en plus ce qui fait de nos jours le succès de l’islam parmi les jeunes et moins jeunes, musulmans ou non, et partout dans le monde, grâce au développement continu de moyens technologiques de l’information très performants, mettant très aisément entre les mains de tous, l’authentique et consistante substance de l’islam de la part de ceux qui y croient vraiment, loin de toute propagande véreuse et pernicieuse orchestrée par des non musulmans prétendus spécialistes attitrés, et dont le souci majeur est de désinformer.

                                                         Mustapha HMIMOU 

 [1]  Il s’agit de juif en Espagne et au Portugal du XVe au XVIIe siècles, qui, après la chute de l’Andalousie musulmane tolérante, s’était en apparence converti au catholicisme pour échapper au dépouillement de ses biens, et à l’exil,  tout en conservant ses croyances.  

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 19:26

   Tout musulman bien digne de ce nom, doit être si sûr de la rationalité de ses propres convictions religieuses, que n’effleure même pas son esprit la moindre idée d’aller fouiner dans les convictions des autres ou mettre le nez dans leur pratiques religieuses avec un œil inquisiteur ou avoir l’impudence et l’insolence de leur demander de se justifier ou de justifier telle prescription ou telle proscription cultuelle. 

 

Un tel musulman ne doit jamais se montrer insolent pour infliger nulle humiliation à un juif ou un à chrétien ou à un athée ou à un agnostique en traînant ses convictions dans la boue. Il faut être un intégriste inepte notoire pour oser le faire. Il s’agit là de la tolérance tous azimuts, prôné par l’islam en matière de liberté de conscience et de liberté de culte. Même le mot tolérance est inadéquat parce qu'il suppose l'effort de supporter l'existence de l'autre. Il s'agit plutôt du droit universel à l'intégrité confessionnelle. Et il nous plait de reproduire ce verset du Coran parmi bien d’autres, qui recommandent au musulman d’être à la fois bienfaisant et équitable envers les non musulmans pacifiques et bienveillants :

-             «Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus en raison de votre confession et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables » (verset 8 chap.60)

 

Par contre, en toute justice et selon le même Cioran, nous devons avoir des griefs légitimes contre quiconque ne fait pas preuve de réciprocité en la matière, et manifeste à notre égard de l’intolérance en raison de notre culte. Et tant que l’animosité ne dépasse pas les sentiments et les invectives verbales, Allah nous recommande de pardonner et de faire preuve d’endurance. Voilà ce qu’en dit un autre verset dont voici le sens :

-               « Certes vous serez éprouvés dans vos biens et vos personnes; et certes vous entendrez de la part de ceux à qui le Livre a été donné avant vous, et de la part des païens, beaucoup de propos désagréables. Mais si vous faites preuve d’endurance et de piété... telle est la meilleure résolution à prendre » Coran chap. 3 verset 186

 

Mais quand l’agression dépasse le stade des sentiments et du verbal pour passer à la persécution physique et au délogement en raison des convictions religieuses, Allah défend aux fidèles de conforter l’agresseur dans son comportent inique en se montrant soumis :

-             « Allah vous défend par contre de vous allier à ceux qui vous ont combattus en raison du culte,  vous ont chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Et ceux qui les prennent pour alliés sont les injustes » (verset 9 chap.60)

 

 Et il est permis aux fidèles de défendre par la force des armes leurs intégrités physiques, patrimoniale et confessionnelles quand elles se trouvent manifestement violées par tout non musulman belliqueux.

-             «  Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) - parce que vraiment ils sont lésés. Et Allah est certes à même de les secourir – Il s’agit de ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, contre toute justice, simplement parce qu'ils disaient: "Allah est notre Seigneur". - Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, seraient alors démolis des monastères, des églises, des synagogues et des mosquées où le nom d'Allah est beaucoup invoqué. Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Son enseignement) Allah est assurément Fort et Puissant, » (versets 39 et 40 du chap. 22)

 

Et chaque fois qu’il est question de violence armée dans le Coran, contre des non musulmans, juifs ou chrétiens ou païens, c’est uniquement en raison de leur intolérance vis-à-vis des musulmans. Or il plait aux extrémistes parmi nous, de citer ces versets hors de leur contexte circonstancié, pour faire preuve d’intolérance à leur tour et contre l’enseignement d’une multitude de versets qui prônent exactement le contraire. Ils font de l’exception circonstanciée la règle. Et cela fait aussi et surtout des choux gras pour tous les détracteurs de l’islam qui, de très mauvaise foi, mettent en avant ces extrémistes avec les mêmes versets cités hors de leurs contextes afin de faire passer l’islam pour un culte qui prône la violence tous azimuts et sans nulle raison juste.

 

Nous souhaitons alors, que la persécution des musulmans en Europe ne dépasse jamais le stade des sentiments et des invectives verbales qui requièrent de leur part le pardon et l’endurance. Et ce sont hélas, certains athées en France surtout, qui se montrent toujours les plus intolérants à notre égard en raison de notre culte. Face à la rationalité de l'islam ces gens se mettent à douter de leurs propres convictions athéistes et en veulent à ce culte qui les met en conflit avec leur propre raison. Ignorent-ils que c'est une telle intolérance qui prévalait en Union Soviétique quand l’athéisme était sa religion de l’Etat à l’instar de tous les régimes communistes totalitaires ???

 

Il en est malheureusement de même de certains chrétiens qui, faute de pouvoir faire prévaloir le christianisme par sa propre substance intrinsèque auprès des ses propres adeptes, et de crainte que ceux-ci ne soient séduits par celle de l’islam qu'ils trouvent plutôt assez substantielle et conséquente pour leur goût, ils se mettent à fouiner dans ce culte pour y trouver coûte que coûte des prétendus travers censés en repousser les gens. Et ils se trouvent bien servis à la fois par les extrémistes parmi nous et par les textes pris hors de leurs contextes par ces mêmes extrémistes afin de justifier leur folie et leur démesure. Il est bien connu que l’on peut faire dire à tout auteur tout et n’importe quoi par l'une ou l'autre phrase sortie de son contexte. Nos extrémistes et les détracteurs de l’islam s’en donnent à cœur joie dans le Coran et les hadiths pour nous diaboliser et diaboliser notre culte.

 

Ajoutons à tout ce beau monde les sionistes qui ne supportent pas la résistance palestinienne et qui la trouve irréductible surtout chez ceux qui sont bien imbibés de la justice en tant que valeur absolue prônée par l’islam. La justice dans ce culte ne doit jamais tourner comme girouette au gré des intérêts du plus fort au frais du plus faible. La justice prônée par l’islam comme valeur absolue traite tous les êtres humains sur un même pied d'égalité et fait ainsi du plus faible un résistant acharné face au plus fort jusqu’à ce qu’il en obtienne ses droits injustement spoliés. C’est ainsi que les sionistes exècrent l’islam et ses adeptes et ne se privent jamais bien sûr, de lui mener une guerre sans merci partout dans le monde et par tous les moyens possibles.

 

En France, ladite intolérance contre le culte islamique a atteint son apogée avec la promulgation de la loi manifestement anti-laïque contre le port des signes religieux à l’école. Il ne faut cependant pas désespérer. C’est sûr que le temps y fera l’affaire en faveur de l’avènement de cet heureux jour où triomphera la vraie laïcité. De nos jours une telle intolérance dans ce beau pays ainsi qu’ailleurs, s’effrite à vue d’œil. Le fait d’y côtoyer au quotidien les musulmans, les Français et les Occidentaux en général commencent à se rendre à l’évidence et s’aperçoivent que toute la propagande véreuse contre cette communauté est non seulement archi fausse mais n'a rien à envier à l'antisémitisme qui régnait dans cette partie du monde et qui a conduit à des atrocités horribles. Les Occidents ne sont sûrement pas prêts de recommencer la même tragédie avec toute autre communauté vivant parmi eux.

    

Et ce beau triomphe de la liberté de culte est déjà bien effectif en Belgique. Les Belges ont en effet su se montrer bien laïcs, et les autres pays tout autour suivront sûrement. Malgré les puissantes forces de l’extrême droite xénophobe, bon nombre de musulmans s’y sont vus démocratiquement et sans nulle discrimination, élus à tous les niveaux de ses instances publiques. Et c’est de très bonne augure pour toute l’Europe. 

                                                                 Par Mustapha HMIMOU

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 22:57

    Tout musulman ou chrétien ou juif ou athée, qui se montre intolérant envers autrui en raison de ses convictions religieuses ou philosophiques, c’est bon signe qu’il vit consciemment ou inconsciemment de graves problèmes avec ses propres convictions.  

 Le problème chez un tel intolérant, c’est qu’en lui-même sa raison s’entête à ne pas admettre les convictions religieuses ou philosophiques qu’il veut lui imposer. Sa raison s’entête à les réfuter parce qu’elle ne collent pas avec la simple logique qui veut par exemple, que « deux et deux font quatre » Cela ne tarde pas à se traduire par un conflit interne en lui, entre sa raison d’une part et sa passion d’autre part. Un tel conflit dans l’inconscient ne doit certes pas être de tout repos.

 Au lieu de remettre en question ces convictions sources de ce conflit et faire preuve de modestie pour aller voir celles qu’il lui semble rassurer chez les autres, l’intolérant se gonfle d’orgueil, fait le vide autour de lui et s’entête à ne pas en démordre. Quand il aperçoit en face de lui l’autre, sûr de soi-même et assez serein avec les convictions contraires aux siennes, il lui semble comme quelqu’un le narguant, assis sur la terre ferme face à lui le naufragé qui se débat pour survivre mais si gonflé d’orgueil qu’il refuse tout secours. Sa raison se remet dans sa tête, à lui disputer l’incertitude de ses propres convictions. Il s’en prend alors à cet autre qui réveille en lui ce conflit souterrain et qui semble le narguer et le provoquer par sa sérénité.

  Moralité : quiconque s'en prend par exemple, à un musulman ou une musulmane en raison de ses convictions religieuses, c'est qu'il a sûrement des problèmes aigus avec ses propres convictions religieuses ou philosophiques. La vue de la musulmane voilée ravive en lui ledit conflit interne au sujet de l'islam vers le quel penche sa raison, sinon il y aurait été indifférent comme il l'est vis-à-vis des autres cultes.

 En d’autres termes, si les athées qui font preuve d’intolérance étaient si sûrs de leurs convictions philosophiques, ils ne s'en seraient pas pris aux croyants théistes. Le médecin par exemple, est si sûr de son affaire qu'il ne daigne même pas regarder du côté de tout charlatan. Il lui voue avec superbe la plus belle indifférence. Il en est tout autrement du charlatan. Au fond de lui-même il sait que son affaire ne vaut rien face à la science du toubib, mais il y tient pour une raison ou une autre. Et il ne peut s'empêcher de s'en prendre à la médecine et aux médecins pour les discréditer auprès de ses clients et même auprès de soi-même. Il vit un conflit interne entre sa raison d’une part et sa passion d’autre part au sujet de la médecine.
Il en est de même des athées qui s'en prennent aux croyants. Ils vivent un conflit interne du même genre. Leur raison contre leur passion refuse d'admettre que tout cet univers si parfait et si harmonieux de son infiniment petit à son infiniment grand soit le fruit d'un hypothétique hasard. Leur raison louche vers la réponse la plus plausible censée l'apaiser. Elle louche vers le culte qui apporte cette réponse apaisante. Mais pour une raison ou une autre un tel athée tient à réprimer sa raison qui louche ainsi vers ce culte en particulier. Et comme le charlatan face au médecin, il ne manque pas de s'en prendre à ce culte et à ses adeptes, car le seul fait de les voir ravive en lui ce conflit.
De tels athées ne peuvent se montrer vraiment laïcs et faire preuve de tolérance. Quand ils ont eu leurs propres Etats dans le bloc communiste, ils ont mené une effroyable et impitoyable guerre contre tous les cultes. Leurs goulags regorgeaient de croyants à la tête dure qui refusaient de se montraient athées contre leur gré. Soixante dix ans après, à la faveur de la liberté retrouvée, tous les cultes se sont revues éclore de toutes leurs plus belles couleurs, après un si long automne communisme athée et totalitaire. Il est à craindre qu’il y ait en France surtout, parmi les athées des nostalgiques de cet automne.
Il faut dire qu’il n’est nullement question ici des nombreux athées qui sont sûrs de la justesse de leurs convictions philosophiques et qui pour la cause, tout comme le médecin dans notre exemple ci-dessus, n'a cure des croyants ou de la montée de leur nombre autour de lui. De tels athées, il leur est très aisé de se montrer vraiment laïcs et de faire preuve pour la cause de la plus belle tolérance. L’athée sûr de ses convictions philosophiques serait aussi serein que le médecin qui doit tout naturellement se montrer sans la moindre inquiétude à l’égard des charlatans qui s’activent dans son voisinage. Tout au plus il a pitié pour eux et pour les malades qui les fréquentent.

  Il doit en être tout autrement de l’athée qui doute de ses convictions philosophiques sans être en même temps disposé à en démordre. Un tel athée serait plutôt comme le charlatan qui voit venir s’installer tout près de lui un médecin. Avec son assurance, le toubib lui semblera alors le narguer, le défier et le menacer dans son activité. Et pour le discréditer il se met à vilipender et fustiger la science et le savoir-faire qui en font un concurrent si sûr de lui, face à ses manèges douteux.

 Les gens qui les observent de loin, savent que la raison est du côté de celui qui est serein et tolérant, parce qu’il est si sûr de ce qu’il croit et qu’il lui importe peu que les autres croient le contraire. Et ils se rendent compte que celui qui s’en prend à quiconque en raison de ses convictions religieuses ou philosophiques, vit plutôt un conflit avec ses propres convictions, et se défoule sur les autres. Aux athées qui s’en prennent aux musulmans en raison de leur culte, d’en tirer les conclusions qui s’imposent. Ils le feront si leur intolérance n’est pas telle qu’elle frappe leur esprit de cécité et les rend ineptes pour réfléchir.

  Tous les athées doivent se mettre bien dans la tête que les croyants de tous les cultes autour d’eux, sont comme eux des êtres humains sensés et sensibles. Et c’est aux croyants eux-mêmes de faire comprendre aux athées, qui sont-ils et comment pensent-ils, et non pas des athées prétendus spécialistes de tel ou tel culte qui ne cessent de débiter des sottises sur les croyants, comme s’il s’agit de bestioles de laboratoire, incapables de s’exprimer par eux-mêmes pour se faire connaître. 

                                                                 Mustapha HMIMOU 

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 19:43

     Afin de bien montrer la bonne place vers laquelle doit se retirer l’athéisme par rapport à la gestion des affaires de l’Etat vraiment laïc, il convient de revenir sur la notion de dogme, évoquée dans les articles précédents. Cette notion est toute relative. Il faut rappeler à cet égard, que ce qui est certitude pour un théiste est simple dogme non démontrable pour l’athée. Et ce qui est certitude pour l’athée est simple dogme non démontrable pour le théiste.

    En d’autres termes, croire en l’existence de dieu est simple dogme pour l’athée et l’agnostique mais certitude pour le théiste. Et la négation de l’existence de dieu est simple dogme non démontrable pour le théiste, mais certitude pour l’athée.

    Pour nous les musulmans, en l’occurrence, affirmer l’existence de dieu n’est pas du tout un simple dogme. Loin s’en faut, sinon on n’est pas musulman. Et il doit sûrement en être de même pour le citoyen chrétien et le citoyen juif. Cela pour dire que le théisme pour tous les fidèles de tous les cultes, n’est pas une simple croyance, mais plutôt une conviction basée sur une certitude démontrable grâce à une infinité de preuves assez solides et assez puissantes pour satisfaire et apaiser leur raison et leur intelligence.

   Cependant, tous ces théistes doivent admettre et reconnaître aux citoyens athées de considérer le théisme comme un simple dogme ; liberté de conscience oblige. En revanche et en toute justice et toute logique, les athées doivent à leur tour admette et reconnaître aux théistes le même droit  de considérer de leur côté que l’athéisme est aussi un simple dogme ; liberté de culte oblige.

    Et il n’y a de ce fait, nulle raison pour que l’athéisme, considéré comme simple dogme par tous les citoyens théistes, soit privilégié par l’Etat au mépris du théisme considéré comme dogme par les seuls athées. L’Etat vraiment laïc, doit donc reconnaître toutes les convictions religieuses et philosophiques, théistes et athées, et en tenir compte dans la gestion de ses affaires, sur un même pied d’égalité, d’une manière équilibrée, équitable et impartiale. Et nulle manifestation qui découle de telle ou telle conviction philosophique ou religieuse ne doit y relever de la seule sphère privée. La sphère publique doit y appartenir à tout le monde sur un strict pied d’égalité. En d’autres termes ; sans nul ostracisme, tout le monde doit avoir le droit d’y paraître en conformité avec ses convictions philosophiques ou religieuses, sans avoir à se justifier ou à justifier quoi que ce soit.

    Il s’agit dans une telle assertion  de la force de la logique pour étayer toute analyse, en lieu et place de l’inique logique de la force dont usent souvent les détracteurs de telle ou telle convictions religieuse ou philosophique, afin d’imposer leurs seuls points de vue à leurs concitoyens de convictions différentes. Ce n’est pas parce qu’on se croit majoritaire et puissant dans toute société qu’on doit contre tout bon sens avoir raison. Chez tout être humain bien sensé, la raison et l’intelligence transcendent bien ces futiles conjectures.

                                                                  Par Mustapha HMIMOU  

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 13:54

  Avant de vous dire ce qu'il en est de la Confusion entretenue entre laïcité et athéisme, nos voulons commencer par vous présenter ce qu'il en résulte aujoud'hui comme dérives graves pour la paix civle en France   

 

 « Après les invitations à la rémigration d’un Zemmour, c’est maintenant un des dirigeants du Front National, Aymeric Chauprade, qui explique le plus tranquillement du monde dans une vidéo que « La France est en guerre » contre l’islam », s’est indigné SOS Racisme dans un communiqué.


Et son président d’ajouter : « Dans un contexte où 116 actes antimusulmans, dont 28 contre des lieux de culte, ont été recensés en France depuis le début de l’année, et après les terribles attentats qui viennent d’avoir lieu, ces propos sont particulièrement inacceptables »,

 

C’est qu’Aymeric Chauprade a dit dans une vidéo « Une cinquième colonne puissante vit chez nous et peut se retourner à tout moment contre nous en cas de confrontation générale (…) On nous dit qu'une majorité de musulmans est pacifique, certes. Mais une majorité d'Allemands l'étaient avant 1933 et le national-socialisme».

     Selon Machiavel, l’esprit nul est celui qui ne comprend ni par lui-même ni par le secours d’autrui. J’ajoute qu’il devient funeste quand il croit comprendre et veut imposer son point de vu aux autres. Quid d'Aymeric Chauprade ?

     

     Avec sa déclaration, il ne se rendait pas compte qu’il était en train de dire que la majorité des Français est en encore pacifique avec la minorité française musulmane, tant que le Front national n’est pas au pouvoir ; tout comme la majorité des Allemands qui était pacifique avec ses compatriotes juifs avant 1933 et le national socialisme. Sinon, c’est à croire que c’est le peuple allemand qui était victime de la Choah et la pauvre minorité juive en était le bourreau. 

 

Prétendre qu'il n'y a plus rien de sacré au monde, est fallacieux. C'est ainsi que de bon droit, la république et le drapeau français sont décrétés sacrés en France, ainsi que la Choah. Et nul au monde n'est cencé les bafouer d'aucune sorte.

 

En retour les juifs, les chrétiens, les musulmans, les athées et toutes les autres communautés confessinnelles ou philosophiques, ont le même droit de décréter sacré ce que bon leur semble sans qu'il soit permis à quiconque en France ou ailleurs de le bafouer.

 

Ainsi, la sacrée liberté d'expression dans un monde moderne et civilisé, a cette sacrée limite qui prévaut pour tout le monde, pour que personne ne se voit plus offensé de voir ce qu'il a de sacré, trainé impunément dans la boue. La sacrée liberté d'expression a, par exemple, pour sacrée limite, de ne brûler le drapeau d'aucun pays, comme de n'offenser aucun peuple d'aucune sorte.

 

Sinon comment ose-t-on demander a un enfant de respecter un autre, à l'école ou dans la rue, quand dans les médias, et au nom de la sacro-sainte liberté d'expession tous azimuts, l'on se permet d'offenser ses parents et sa communauté ?

 

Qu'attendez-vous d'un enfant français musulman, quand son camarade de classe ou de la rue lui brandit à la face des caricatures blasphématoires pour l'offenser ? Voulez-vous qu'il l'embrasse au nom de la laïcité, de la liberté d'expression et des valeurs de la républiques ? Est-ce ainsi que l'on cultivera chez les petits français musulmans l'amour de la France, et de toutes ses valeurs républicaines ?

 

Merci à monsieur le président et à son premier ministre monsieur Valls qui ne cessent de mettre en garde contre  tout amalgame entre islam et islamisme et entre musulmans et terroristes. Mais ce n'est pas du tout suffisant. Au pays de Voltaire et des droits de l’homme, qui nous est bien cher, il convient surtout de lutter contre un autre amalgame plus incidieux.

 

Il convient de se rappeler et de rappeler avec force que la LAÏCITÉ qui prévaut partout dans le monde moderne, ne veut pas dire du tout LAÏCISME, qui est apparenté à l’intégrisme athéiste, malheureux vestige des douloureuses sequelles de la révolution et bien chéri encore par bon nombre de Français, et non des moindres.

 

Il s'agit là d'un urgent et vrai défi à relever avec beucoup de courage pour bien secouer un certain bon sens commun à propos du vrai sens de la laïcité; et éviter à la France de Voltaire et des droits de l'homme, ceci :

 

Hier  en ALLEMAGNE

aujourd’hui en FRANCE

L’on y disait aussi que la minorité juive était « la 5e colonne puissante qui vit chez nous et peut se retourner à tout moment contre nous en cas de confrontation générale »

L’on y dit  impunément que la minorité musulmane est « la5e colonne puissante qui vit chez nous et peut se retourner à tout moment contre nous en cas de confrontation générale »

L’on y caricaturait lefaciès des juifs et l'étoile de David pour en rire.

L’on s’y permet de banaliser la publication des caricatures blasphématoires antimusulmanes pour en rire aussi, et faire rire des enfants français de leurs camardes français musulmans, à l'école et dans la rue.

L’on y tenait toutes sortes de slogans antisémites

L’on y ferme les yeux sur bon nombre d’attitudes foncèrement 

 antimusulmanes.

L’on y faisait de l’antisémitisme un fond de commerce politique.

L’on y fait de l’immigration et surtout de l'islamophobie  un fond de commerce électoral.

 une majorité d'Allemands y était pacifique avant 1933 et le national-socialisme, comme le dit si bien Aymeric Chauprade

une majorité de français y est encore pacifique malgré les invectives antimusulmanes de certains membres du Front National comme Aymeric Chauprade

L’on y appelait à la déportation des juifs

L’on y appelle à la rémigration  des musulmans

S’y multipliait les actes antisémites contre  les personnes; les biens et les synagogues, avec le summum lors de la triste nuit de cristal

SOS Racisme y dénombre des actes antimusulmans, dont des actes contre les mosquées

S’y est produite alors l’innommable et terribleChoa

Attention !!!

Horrible prix à ne pas faire pays aux musulmans français, pour qu’ils aient enfin plein droit de cité chez eux en France, pays de Voltaire.

 

 

     Poutant le président du CAL : "Centre d'Action Laïque", reconnaît la confusion entretenue entre laïcité et athéisme, quand il m’écrit ceci : « Vous regrettez que la laïcité soit associée à l’athéisme. Il est vrai que c’est un raccourci, » Or hélas, c’est ce regrettable raccourci qui est bien ancré dans l’esprit de presque tous les athées, surtout en France. Et c’est ce raccourci qui est toujours de mise en politique dans ce pays.

 

       Ce même raccourci y est si fort qu’il est allé même s’ancrer dans les esprits de presque tous les musulmans, au point que laïc signifie pour eux ipso facto athée. Moi-même, non seulement je suis laïc convaincu, au sens propre et noble du terme ; soit au sens de laïcité politique dans le distinguo des athées.

     

      Et toujours à cause de ce fallacieux et malencontreux raccourci, j’ai le plus grand mal à défendre la vraie laïcité auprès de mes coreligionnaires. Et voilà le CAL en train de colporter et reproduire toujours le même raccourci en Belgique. Sauf que ce beau et bon pays, tout comme la Grande Bretagne , c’est montré jusqu’à nos jours, vraiment laïc au sens propre et noble du terme.

 

       Au lieu de l’appeler laïcité philosophique, les athées doivent avoir le courage d’appeler le chat un chat et appeler leurs convictions philosophiques athéisme tout court, sans nulle allusion à la laïcité. Pourquoi jouent-ils à cache-cache avec leurs croyances ? C’est à se demander s’ils ne sont pas fiers de leur athéisme. L’athéisme est-ils au fond d’eux-mêmes, si troublant et inquiétant, qu’ils cherchent à l’enjoliver en le maquillant avec le terme laïcité, alors que celle-ci n’a rien à voir avec l’athéisme ?

 

        La laïcité est la laïcité, sans rien de plus ni de moins. Il n’y a ni laïcité politique ni laïcité philosophique. Il y a d’une part les convictions religieuses et philosophiques et d’autre part la laïcité qui les transcende toutes, et qui n’a rien à voir avec l’athéisme. Elle est à l’image d’une belle colombe blanche qui plane à égale distance au-dessus de toutes les convictions religieuses et philosophiques, y compris l’athéisme et l’agnosticisme.

 

      La laïcité qui signifie reconnaissance et respect de toutes les convictions, est la valeur commune à tout le monde, juifs, chrétiens, musulmans, athées et agnostiques. Elle est la valeur qui doit prévaloir avec la même vigueur à la synagogue, à l’église, à la mosquée et au cercle des athées et des agnostiques.

 

      Définir l’athéisme par laïcité philosophique c’est kidnapper le mot laïcité par les athées. C’est prendre en otage cette belle colombe blanche, patrimoine commun de toute l’humanité, pour la mutiler, la malmener, la vider de sa substance, l’empailler d’athéisme afin de présenter au monde les convictions philosophiques des athées, ainsi sciemment travesties, comme ce qu’il y a de beau, de bon, de rationnel et de juste au détriment et au mépris de toutes les convictions religieuses.

 

     C’est vouloir dire ainsi à tout le monde que les athées sont les seuls à être civilisés, les seuls à être bien imbibés d’humanisme, respectueux des droits de l’homme et les seuls qui soient à même d’être démocrates parce que soit disant « neutres », laïcité travestie oblige. Et dans les faits bon nombre des athées ne se privent pas de bien cultiver cet amalgame à tout bout de champ et sans gêne aucune.

      Or tout athée, tout agnostique comme tout théiste, juif ou chrétien ou musulman, peut être laïc comme il peut être au contraire un intégriste intolérant. Cependant contre toute laïcité, au sens propre et noble du terme, et dans les faits, ce sont surtout bon nombre d’athées, un peu partout dans le monde et en France en particulier, qui se sont avérés les plus intolérants avec un luxe de suffisance. Et j’en veux pour preuve les incessantes inquisitions fouineuses dans nos convictions et nos pratiques religieuses, assorties d’invectives haineuses et véreuses contre l’islam et les musulmans. Une telle intolérance si féroce et si blessante pour notre dignité d’être humain, fut hélas couronnée par la triste loi contre les signes religieux à l’école.

 

 Tant que subsiste ledit raccourci, cultivant la confusion entre laïcité et athéisme, nous subirons parmi les athées une intolérance athéiste, à l’instar de l’intégrisme qu’il est convenu de qualifier d’islamisme.

     

      Ainsi un tel athéisme ostraciste déguisé en laïcité, est pour nous une main de fer dans un gang de velours. Pour les non-musulmans, il ne s’agit que d’une belle main toute en velours, parce que présentée comme laïcité. Et nous sommes à leurs yeux coupables de nous y opposer ; coupables de nous opposer à la laïcité tout court, alors qu’il ne s’agit que d’une laïcité travestie, mais ils ne s’en rendent pas compte à cause de l’hégémonie des athées sur tous les médias. Mais nous, contre qui est dirigée cette main de fer gantée de velours, et dont nous recevons le dur coup, nous savons sa vraie nature pour en avoir pâti, sans que beaucoup de non-musulmans et à cause du fameux raccourci trompeur, soient disposés à nous comprendre.

 

       Le président du CAL : "Centre d'Action Laïque", nous dit que : « La laïcité politique est le patrimoine commun de tous les démocrates qu’ils soient catholiques, protestants, musulmans, juifs, orthodoxes, athées ou agnostiques, croyants ou incroyants…Un Etat laïque est neutre par rapport à ces questions. Il n'est ni religieux, ni anti-religieux. Il est indifférent à la question de savoir si les gens croient ou ne croient pas, j’entends par là que l’Etat a un devoir d’impartialité à l’égard des diverses convictions religieuses, agnostiques ou athées et qu’il ne peut prendre position en ces matières qui relèvent de la liberté et de l’autonomie des personnes dans le cadre de la sphère privée. »

 

       Nous lui rétorquons que telle doit être l’unique définition de la laïcité tout court, sans être flanquée d’aucun qualificatif, que ce soit le qualificatif politique ou philosophique ou autre.. Le qualificatif politique n’est pas seulement superflu, mais plutôt sciemment incidieux et fallacieux, car il est censé laisser aux athées la malheureuse et sournoise opportunité d’associer à la laïcité le qualificatif philosophique pour définir l’athéisme, et maintenir, sinon cultiver avec le plus grand soin le fameux raccourci.

                                                        Par Mustapha HMIMOU

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 14:12

    Le président du CAL précise que : « La laïcité politique est le patrimoine commun de tous les démocrates qu’ils soient catholiques, protestants, musulmans, juifs, orthodoxes, athées ou agnostiques, croyants ou incroyants… » D’une part, et une fois de plus la laïcité est indivise, si bien que le qualificatif politique est superflu. Et il est inapproprié, inadéquat et surtout fallacieux d’en profiter pour lui subordonner tout autre qualificatif, en l’occurrence philosophique pour désigner l’athéisme.

  D’autre part, il convient d’ajouter à ce propos, que tout athée peut s’avérer aussi bien démocrate que fasciste notoire. Et il doit en être de même de tout théiste. C’est que la foi en la démocratie n’est nullement le privilège du seul athée, tout comme le fascisme n’est nullement le triste privilège de certains théistes, loin de là. Quand les athées avaient le plein pouvoir en Union Soviétiques ils se sont avérés des fascistes notoires. Le stalinisme et les sinistres Goulags c'est de leurs inventions.

 Par Mustapha HMIMOU

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 20:11

       Quand le président du CAL nous dit : « L’Etat laïc n'est ni religieux, ni anti-religieux. » et quand il ajoute que « Un Etat laïque est neutre par rapport à ces questions. » il y a mille fois lieu de se méfier. Dans les faits cela veut dire que les fonctionnaires et les agents théistes qui servent l’Etat, ainsi que les citoyens théistes qui sollicitent les services du même Etat, doivent occulter tout ce qui est de nature à trahir leurs convictions religieuses. Il n’y a ainsi, au bout du compte, que l’athée qui s’y trouve partout à l’aise, car il n’a rien de particulier à caher et qui puisse trahir ses convictions philosophiques.

 En Inde, l’Etat modèle en matière de laïcité, le premier ministre sikh s’affiche partout et comme il se doit avec son turban religieux. Tandis qu’un Français sikh, simple fonctionnaire en France, doit ôter son turban pour se montrer soit disant et hypocritement «neutre ; ni religieux, ni anti-religieux ». Avec l’interdiction des signes religieux à l’école, et pour la même fallacieuse raison, il doit en être de même de l’élève français sikh.

 Telle est l’interprétation effective que donne les athées ostracistes à la neutralité de l’Etat dit laïc dans leur littérature. Il s’agit en fait, d’une neutralité où n’est citoyen à part entière que l’athée. Quant au pauvre théiste il doit toujours s’y trouver en état de conflit avec ses propres convictions religieuses et un Etat inquisiteur, dit pourtant laïc, qui lui demande de les occulter dans la sphère publique.

 Pour la laïcité au sens propre et noble du terme, le mot impartial est plus approprié que le mot neutre. L’Etat laïc ne doit nullement tourner le dos aux questions religieuses. Il s’agit de questions qui concernent au plus haut point ses propres citoyens de tout bord.

 

Il ne faut jamais oublier que dans les démocraties c’est l’Etat qui est la propriété de ses citoyens et non pas l’inverse. Et il est la propriété au même degré de tous ces citoyens théistes et athées. De ce fait c’est l’Etat qui doit être mis à leur service et non pas l’inverse. Et à moins que l’Etat ne soit la propriété exclusive des seuls athées, dans la gestion des affaires publiques il se doit plutôt de tenir compte d’une manière impartiale de toutes les questions confessionnelles qui l’interpellent.

 Cela veut dire surtout que ceux qui le servent à tous les niveaux soient des athées fiers de leur athéisme et des croyants fiers de leurs convictions religieuses avec le strict droit de s’afficher en public devant tout le monde comme il leur plaît de paraître. Mais ils doivent en revanche se montrer laïcs, c’est à dire tolérants et impartiaux vis-à-vis de tous les citoyens qui doivent à leur tour s’afficher en public devant tout le monde comme il leur plaît de paraître. Et à moins qu’il ne soit la propriété exclusive des athées ostracistes, l’Etat laïc qui est plutôt au service du citoyen et non pas l’inverse, doit tenir compte des ses exigences cultuelles, quand il lui octroie ses services. 

      Le mot laïc, faut-il y insister une nième fois de plus, doit vouloir dire respect des citoyens tels qu’ils leur plait de se manifester en public comme en privé, en conformité avec leurs convictions philosophiques et religieuses. Il ne doit y avoir, pour la cause, nulle circonstance qui soit de nature à obliger tout citoyen à occulter ses convictions religieuses et philosophiques en public comme en privé. 

        Quand le président du CAL répète que « L’Etat laïc est indifférent à la question de savoir si les gens croient ou ne croient pas, j’entends par là que l’Etat a un devoir d’impartialité à l’égard des diverses convictions religieuses, agnostiques ou athées et qu’il ne peut prendre position en ces matières qui relèvent de la liberté et de l’autonomie des personnes dans le cadre de la sphère privée. » nous lui rétorquons qu’en lieu et place de ladite indifférence plutôt douteuse et injuste, l’Etat laïc doit plutôt tenir compte de ladite question, sinon il serait un Etat infiniment athée et partial, pour le seul plaisir des athées intolérants, qui se cachent derrière un pernicieux raccourci faisant de l’athéisme une fallacieuse laïcité, parce que faussement neutre en matière de liberté de conscience et de liberté de culte.

 Un Etat indifférent aux questions cultuelles est, ipso facto et d’une manière sournoise, partial, parce que partisan des seuls athées dont les convictions philosophiques ne posent pas d’une manière évidente des questions de ce genre. Les questions de genre philosophique qu’elles posent, passent pour des questions neutres même quand elles s’avèrent en contradiction flagrante avec les convictions religieuses des théistes. Ceux-ci doivent encaisser les coups sans mot dire, sous peine d’être injustement taxés d’intégristes, de réactionnaires et d’anti-laïcs.

                                                                   Par Mustapha HMIMOU

Repost 0
Published by Mustapha HMIMOU - dans laïcité
commenter cet article